Archive pour le 24 décembre, 2015

Se faire un nom

24 décembre, 2015

« Je m’appelle Paul Durand, ça vous fait penser à quoi ? »

« A rien de spécial, pourquoi ? »

« Eh voilà ! C’est mon drame, j’ai un nom qui ne fait penser à rien. Si je m’étais appelé Zidane, vous auriez tout de suite pensé ‘foot’, à cause du Z qui a le dessin d’un dribble d’un grand joueur. »

« De même, des noms brefs laissent augurer d’une grande carrière politique. Ce sont les plus faciles à huer dans des manifestations. Essayez donc de scander en rythme : ‘A bas Moulinot-Duboudin ! »

« Effectivement, c’est gênant. Mais du coup si un ministre se nommait Moulinot-Duboudin, il serait tranquille. »

« J’aurais aimé être artiste, mais il m’aurait fallu un nom harmonieux, quelque chose qui fasse rêver. Tout le monde n’a pas la chance de s’appeler Dujardin. Je suis sûr que j’ai loupé une grande carrière cinématographique à cause de mon patronyme. »

« Eh bien justement, faites comme les artistes, choisissez un pseudo. Voyons… je vous verrais bien vous nommer Aristide Kanabé. »

« Vous m’avez bien regardé ? Est-ce que j’ai la tête d’un coureur à pied Kényan ? Non, il me faut quelque chose qui sonne bien et qui m’ouvre toutes sortes de perspectives. Par exemple, Johny Halliday. Certes, il ne pouvait faire que chanteur de rock, mais avec son nom, il peut s’imposer partout ailleurs. »

« Je vois ce qu’il vous faut. Un truc original, mais pas trop exotique. J’y suis : Lenny Boucamol ! Vous auriez un prénom artistique et un nom de citoyen. Chaque français aurait l’impression de reconnaitre en vous son propre voisin. »

« Non, ça ne va pas du tout. Les noms qui finissent par ‘ol’ ressemblent à des noms de produits pharmaceutiques. Je n’ai rien d’un cachet d’aspirine. »

« Bon, c’est compliqué. Mais dans le fond pourquoi voulez-vous changer de nom ? Certes le votre d’inspire rien, mais ce n’est pas un handicap. »

« Vous trouvez ? On voit bien que vous ne vous appelez pas Durand. Au bureau, je suis complètement transparent. Au moment des promotions, mon nom n’émergent pas contrairement à Lewandoski ou Bertolini qui raflent tout. Même Alfred Dugenou est plus populaire que moi. »

« J’ai une idée : allongeons votre nom. C’est une façon de le customiser. Et puis, vous ne serez jamais ministre, donc il n’y a pas de risque que vous soyez hué dans la rue. »

« Bon, c’est une idée. Je pourrais prendre le nom de ma mère, ça donnerait Paul Durand-Patissier. C’est bien, tout le monde peut se reconnaitre dans ce patronyme. On pense tout de suite aux paroissiens qui vont chercher le gâteau chez leur pâtissière après la messe. »

« On respire la France profonde. On risque de s’ennuyer avec vous. Essayez plutôt Durand-Gates (comme le milliardaire Bill), vous aurez tout de suite plus d’amis.