Archive pour le 15 décembre, 2015

Le rien et le néant

15 décembre, 2015

« Quelle est la différence entre rien et le néant ? »

« Vous avez de ces questions… Vous n’avez rien d’autre à faire ? »

« Si, mais enfin, on a bien le droit de se poser des problèmes. »

« Oui, certes. Mais moi, je ne sais pas la différence entre rien et le néant. »

« Moi, je pense que lorsqu’on dit qu’il n’y a rien, c’est qu’il pourrait y avoir quelque chose. Par exemple, s’il n’y a rien dans ce sac, c’est par opposition à une situation dans laquelle il pourrait être rempli de quelque chose. »

« Intéressant. Et le néant ? »

« Le néant n’a pas de limite, on ne peut donc pas le remplir. Le néant est indescriptible, puisque si quelqu’un pouvait décrire le néant, il deviendrait une chose, donc le contraire du néant. Vous comprenez ? C’est très différent du rien. »

« Parfois, on parle d’un petit rien. Qu’en pensez-vous maître ? »

« Vous avez raison, mais c’est pour stigmatiser une chose ou un évènement qui existe, donc qui n’est pas rien, mais qui est d’une insignifiance telle que c’est proche du rien. Notez que personne ne dit : un petit néant. Nous serions en plein contre-sens. »

« Si je comprends bien, Maître, quand on dit de moi que je suis un rien du tout, ça m’ouvre quand même l’espoir d’être quelqu’un, un jour. »

« Absolument. Vous êtes le néant avant votre naissance et après votre mort. Là, on ne sait même plus où vous êtes…. Vous êtes dans le néant et comme personne ne sait où se tient le néant, vous n’avez plus aucun espoir d’en sortir. Quand vous venez au monde, quelqu’un vous tire au sort parmi le néant. C’est une exception. »

« Passionnant !  Et le vide alors ? »

« Le vide, c’est un truc qui permet de faire le lien entre le rien et le néant. Par exemple, comme on n’est pas sûr que l’espace spatial soit le néant, on préfère parler du vide spatial. Mais on peut dire aussi que mon sac qui ne contient rien est vide. »

« Le vide serait donc d’après vous un petit néant ou un gros rien. »

« Exactement. Notons une remarque importante, cher élève. Le vide peut devenir un sentiment. Par exemple, quand je vais partir, vous allez avoir le sentiment d’un grand vide. Vous ne direz pas le sentiment d’un grand rien, ou d’un grand néant. »

« Certainement. On peut aussi noter que le vide donne naissance au verbe vider ce qui n’est pas le cas du rien ou du néant. »

« Très juste remarque. Le rien ou le néant sont marqués de la même caractéristique : ce sont des idées statiques. On ne peut pas les voir en mouvement. On ne peut pas les construire, tandis qu’on peut « faire le vide ». En quelque sorte, nous sommes impuissants devant le rien ou le néant, mais nous pouvons agir sur le vide. »

« Vous êtes sûr de ce que vous racontez, Maître ? »

« Non. »