Veuillez rire, Mollard !

« Je n’aime pas votre façon de sourire, Mollard. Comme ça, du bout des lèvres… On a l’impression que vous vous forcez pour être poli, mais que vous ne vous amusez pas du tout quand je sors une astuce.  C’est assez hypocrite. »

« Comment dois-je faire ? »

« Riez bruyamment : ah ! ah ! ah !… Prononcez quelques mots : excellent ! Par exemple. Si vous pouviez aussi lever le pouce en l’air… »

« Pourtant quand je souris finement, n’avez-vous pas remarqué que je vous jette un regard complice, comme pour vous dire que nous nous sommes compris entre gens de goût qui n’ont pas besoin de s’esclaffer bruyamment ? »

« C’est beaucoup trop compliqué votre truc ! Quand je lance une vanne, j’aime bien entendre des éclats de rire. Vous devriez vous tordre, en me tapant sur l’épaule, mais pas trop fort quand même. Nous ne sommes pas du même rang. Si vous pouviez dire : qu’est-ce qu’on s’amuse avec vous ! Ce ne serait pas plus mal. »

« Mon problème, c’est que je ris mal. Dès que j’ouvre la bouche pour manifester mon hilarité, ça se transforme en rictus. »

« Je ne vous ai pas demandé de me faire une tête de démon. Essayez de rire avec les yeux. Une flamme dans le regard pourrait très bien faire l’affaire. »

« Euh… là, c’est compliqué de commander quelque chose. Quand vous êtes dans mon champ de vision, j’ai les yeux qui se fatiguent. »

« Bon, vous ne faites pas beaucoup d’efforts. Si vous ne savez pas sourire ou rire franchement, pouffez ! Pouffez, fortement ! Etouffez-vous de rire, tellement ce que je viens de raconter est drôle. »

« Est-ce vraiment drôle ? »

« Ce n’est pas le problème. Il faut que vous ayez des attitudes qui démontrent que nous partageons les mêmes centres d’intérêt et la même façon de voir l’avenir. C’est indispensable pour collaborer avec moi. »

« Euh… peut-être pourrait-on éviter les blagues pourries ? Nous pouvons très bien collaborer sans ça. »

« Non. J’ai besoin de détendre l’atmosphère autour de moi, sinon je me sens très mal. Donc vous devez vous esbaudir dès que j’apparais. Toute tentative de critique rationnelle de mon humour est une véritable rébellion passible du conseil de discipline. »

« Je pourrais lancer des astuces à ma manière. Je suis sûr que ça détendrait aussi bien l’atmosphère. Je peux être irrésistible. »

« Euh… non, moi je ne dois pas rire. J’ai des fonctions trop sérieuses pour ça. Il faut que je sois crédité d’un bon sens de l’humour à froid. Genre anglais. C’est une question vitale pour notre expansion à l’international. Alors, si vous pouviez rire quand je vous le dis ! »

Laisser un commentaire