Archive pour le 16 août, 2015

Comment parler aux femmes ?

16 août, 2015

« Je n’arrive pas à parler aux femmes. »

« Comment ça se fait ? »

« Si je leur dis quelque chose d’intéressant, elles croient que je veux les draguer et elles me traitent de connard. Si je leur raconte une histoire banale, elles vont me répondre que je suis un personnage complètement creux. »

« Certes, mais enfin …lorsque vous leur demander le chemin de la gare, c’est neutre… Elles ne peuvent pas vous traiter de noms d’oiseaux. »

« Je ne peux pas demander le chemin de la gare à toutes les femmes que je croise, ça va finir par paraître suspect. D’autant plus que je n’ai aucune intention de prendre le train et que je sais très bien où est la gare. »

« Vous pourriez prévenir. Par exemple : vous voulez parler à une femme. Dites-lui : je vais vous dire quelque chose d’intéressant, mais je n’ai aucune intention de vous draguer. Ne faites pas ça devant votre secrétaire, mais dans une soirée ça peut passer… »

« Vous croyez qu’elle va m’écouter ? Parce qu’il y en a qui attendent que les hommes leur fassent la conversation en espérant que ce sera pour les draguer, de façon à les renvoyer dans leur but sur un ton humiliant. »

« Bon… alors, dites : je vais vous dire quelque chose de complètement nul, comme ça vous ne serez pas tentée de croire que je vous fais la cour. »

« Ne pas faire la cour à une femme est très vexant pour elle. Elle risque de très mal le prendre. »

« C’est compliqué votre affaire ! »

« D’autant plus qu’il y a aussi de la communication non verbale. Lorsque je parle à quelqu’un, j’ai forcément une petite lueur qui s’allume dans l’œil. Les femmes s’imaginent facilement qu’il s’agit d’un regard concupiscent, et là, j’en prends pour mon grade. »

« Vous pourriez leur parler avec des lunettes noires. »

« En soirée, ça fait un peu curieux. Et puis, ce n’est pas tout. Il y a le sourire. J’ai le sourire mielleux qui prête le flanc – si j’ose dire – à toutes sortes d’interprétations libidineuses. Si je parle à une femme, je suis pourtant bien obligé d’arborer un air aimable. »

« Euh …le mieux ce serait que vous leur fassiez la gueule ! »

« J’ai essayé, mais certaines se sont méprises. Elles ont cru que je montais un air ténébreux pour essayer de les intéresser. Elles se sont faites un plaisir de m’envoyer sur les roses. »

« Alors là, je ne vois plus de solutions… »

« Je ne peux tout de même pas utiliser leurs maris ou leurs amants pour transmettre des messages. C’est un coup à me faire casser la figure. »

« Et leur écrire ? »

« Non plus. C’est très suspect. Mes lettres pourraient être prises pour des mots doux. Si je les insulte, elles pourraient penser que c’est de l’humour décalé que j’emploie pour les séduire. »

« Vous avez remarqué que vous parlez à une femme ? »

« Ah bon ? »