Archive pour juin, 2015

Les abstentionnistes

7 juin, 2015

« Je m’abstiens. Quand il y a une controverse, je m’abstiens. C’est inscrit dans mes gênes, je suis de la race des abstentionnistes. »

« Ce n’est pas très courageux. »

« On ne peut même pas dire que je n’ai pas le courage de mes opinions puisque je n’ai pas d’opinion. C’est trop risqué. »

« Pourquoi n’avez-vous pas d’opinion sur les grands problèmes de société ou les questions économiques, par exemple ? »

« Parce que dès que j’ai une opinion, le risque existe que j’ai tort. En plus, quand j’écoute les gens qui ont une opinion A, je suis convaincu. Quand j’entends les partisans de la solution B, je suis convaincu aussi. Comment voulez-vous que je m’en sorte ? »

« Il y a forcément des arguments qui vous touchent plus que d’autres. »

« Bon, admettons que j’ai une opinion sur la croissance économique, qu’est-ce que j’en fais ? »

« A priori, rien ! »

« Donc je ferai mieux de m’occuper d’autres choses ! »

« Non, si vous avez une opinion, ça vous permet de discuter avec votre voisin qui n’a pas forcément les mêmes. C’est intéressant. Et puis vous passez pour un être de conviction, pour quelqu’un à qui on ne l’a fait pas, pour quelqu’un qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. »

« Ainsi donc pour être respecté, il faut avoir une opinion, même si on n’a pas envie d’en avoir. Ne pas avoir d’opinion n’est pas considéré comme une opinion ! C’est injuste ! »

« C’est comme ça. Mais quand on n’a pas d’opinion et qu’on a un besoin pressant d’en avoir une, il existe un service d’urgence capable de vous fournir le matériel nécessaire : le journal télévisé de la veille. Le journaliste sait ce qu’il y a lieu de penser de tel ou tel sujet. »

« Oui, mais enfin, ça va se savoir que je n’ai pas d’opinion… »

« Vous pouvez vous en tirer en disant que vous avez justement vu un reportage à la télé qui dit ceci ou cela…. Comme ça, vous participez au débat, sans avoir d’opinion, tout en  présentant une opinion journalistique dont vous vous fichez royalement. »

« Et si on me dit que je répète bêtement ce que dit la télé… »

« Vous pouvez toujours vous récrier. Vous n’avez fait que présenter une opinion que vous avez entendu, qui n’est pas forcément la vôtre. Bien entendu. Vous passerez pour un type ouvert qui prend en considération toutes les opinions sans a priori. »

« C’est pas bête. »

« Ça évite de prendre le temps de se forger une opinion. Vous n’avez pas le temps de lire des livres ou des articles ennuyeux. Il y a les devoirs des gamins à surveiller, les vacances d’été à organiser, la belle-mère dont c’est l’anniversaire, le plombier à appeler pour la trente-sixième fois. Bref …. Vous n’avez pas le temps de penser. »

Histoire végétale

6 juin, 2015

Le professeur Tournesol

A déjeuné d’un bol de céréales.

Puis, il a filé une avoinée à son fils

Car il a dépensé son argent en sucre d’orge

Alors qu’il est fauché comme les blés.

Pour se venger, le fils a poussé Mémé dans les orties.

Elle commençait à lui courir sur le haricot,

Lorsqu’elle fumait ses cigarettes de maïs.

Hissez les couleurs !

5 juin, 2015

Elle s’appelait Florange.

Elle vivait dans un manoir

Où elle élevait des piverts.

Elle aimait un matelot, un jeu béjaune,

Au visage orné de couperose

Et fouetté par les embruns.

Tout en mâchant de la guimauve,

Il lui dit un jour : marions-nous, parbleu !

La valse des prénoms

3 juin, 2015

Line est une nature câline

Mais elle ne veut pas proroger

Cet instant sur le divan

Avec son professeur de philosophie

Qui lui rejoue la même mélodie.

La vérité, il l’enjolive

Il n’est pas spéléo.

Il n’a pas descendu l’Ardèche en canoë.

Elle n’est pas éblouie.

Jusqu’à la lie, elle ne boira pas le calice.

Comme Alice.

Un peu de distanciation

2 juin, 2015

« Je mets de la distance entre moi et les autres. Après tout, on n’a pas gardé les vaches ensemble. »

« Vous ne devez pas avoir beaucoup d’amis. »

« Si je me mets à me livrer aux gens, je vais me faire piéger. Ils vont me trouver trop comme ci ou pas assez comme ça. C’est très agaçant. Si ça se trouve, ils vont m’aimer ou me détester. Je n’ai pas envie d’être aimé par n’importe qui, encore moins détesté. »

« Certains ne porteront pas de jugement. »

« Euh… c’est encore pire. Ils vont me dire que je ne suis pas assez communicatif en affirmant benoitement qu’ils disent ça pour mon bien et qu’ils ne portent pas un jugement. »

« Mais mon pauvre, quand vous fréquentez des gens, vous produisez automatiquement une impression sur les autres ! »

« Vous avez raison. Le plus fort c’est qu’en général, je sens que je fais une impression négative sur les autres. En conséquence, j’estime que les autres produisent une impression très négative sur moi. »

« Bon, alors qu’est-ce qu’il faut faire pour que vous ayez l’impression de produire une bonne impression ? »

« Vous pourriez faire grand cas de ma présence et me couvrir de louanges par exemple. »

« Non, ce serait un peu ridicule. »

« J’en étais sûr : vous me trouvez ridicule ! Nous sommes mal partis ! »

« Je vous conseille de commencer par me trouver intéressant. Après, je pourrais peut-être vous retourner des compliments. Mais ce n’est pas sûr, parce que je suis assez imbu de ma personne. »

« Pff… alors je fais comment moi ? »

« Essayez d’aborder des gens encore plus modestes que vous et couvrez-les de compliments. Comme ils seront gênés, il s’empresseront de vous les renvoyer. »

« Le problème, c’est que si je produis une très bonne impression sur eux, je pense que leur modestie et leur manque d’ambition produiront une impression désastreuse sur moi. J’aime les gens cultivés et intéressants. »

« Vous êtes un être compliqué. Il faut vous confronter aux autres sans vous poser autant de questions stupides. »

« Eh voilà ! Vous portez un jugement néfaste sur moi. Je suis ostracisé dès que j’aborde le thème des relations interindividuelles, j’en déduis que c’est un sujet tabou. »

« Non, mais si vous manifestiez un peu plus de simplicité, ce serait mieux pour tout le monde. »

« Je vois ce que c’est : votre simplicité ça consiste à se taper sur le ventre sans se demander pourquoi on se tape sur le ventre. »

Chiche !

1 juin, 2015

Dans sa tête, l’archiduchesse n’avait pas un petit pois chiche.

Elle ne faisait pas de chichis.

Elle n’avait rien de chichiteux.

Elle ne fumait pas de hachich.

Elle ne recevait pas de bakchichs.

Un jour, elle se dit : chiche !

Je vais vendre des chiches-kebabs.

Depuis, elle gagne sa vie chichement.

123