Archive pour le 18 juin, 2015

Il faut un débat

18 juin, 2015

« Bon, on va faire un débat ! »

« A quoi ça sert, puisque vous êtes pour et moi contre. A la fin, vous serez toujours pour et moi, toujours contre ! »

« Ce n’est pas sûr. Qu’est-ce qui vous empêcherait de me convaincre ? »

« Je n’ai pas envie de vous humilier devant tout le monde. Et vous n’avez pas envie de m’humilier non plus. »

« On peut faire ça élégamment. Vous pouvez me dire que vous comprenez mes arguments et que vous les respecter, puis dire le contraire. »

« C’est un peu pervers. Moi, je préfère dire que vous avez bien tort de ne pas être de mon avis et que vous avez de la chance de m’avoir rencontré pour vous remettre dans le droit chemin. »

« Une telle arrogance va m’énerver et me renforcer dans mon opinion au lieu d’adopter la vôtre. »

« Ecoutez, à la fin, il faut nécessairement qu’une opinion l’emporte sur l’autre. »

« Non, pas forcément. Pour sauver l’amour-propre de chacun, on peut faire comme à la télé. Le débat commence calmement et à la fin, chacun parle sur l’autre, plus personne n’y comprend rien et on ne peut donc pas dire qui a gagné. »

« Remarquez que si mes arguments vous gênent, on peut dire comme à la télé aussi qu’on aura le temps d’en reparler, tout en sachant très bien qu’on évitera soigneusement d’en reparler. »

« Donc un débat ça sert à confronter des opinions à condition que personne ne l’emporte sur personne pour ne pas être vexant et éviter ainsi un pugilat généralisé. »

« C’est, à peu près ça. Si ça dégénère, ce n’est plus un débat, c’est une bataille rangée. »

« Si je me rends compte que vos arguments sont meilleurs que les miens, je ne vais tout de même pas m’avouer vaincu et vous dire que vous avez bien raison et moi, bien tort. »

« Non, ça, c’est une attitude d’une profonde honnêteté, réservée à des esprits supérieurs. Quelle que soit la tournure du débat, vous devez vous acharner à défendre votre position. A la rigueur, si vous vous sentez déstabilisé, vous pouvez m’insulter un peu. Mais pas trop pour éviter la bagarre. Le mieux, c’est d’ironiser en trouvant quelque chose de gênant sur moi. »

« Non, le mieux serait qu’on soit du même avis. »

« Oui, mais alors, il n’y a plus de débat. »

« Donc résumons-nous : le débat, c’est pour permettre à deux individus d’opinions contraires de se confronter sachant qu’ils resteront du même avis après le débat, qui aura produit néanmoins une plus-value non négligeable puisque les deux protagonistes se seront légèrement poignardés. »

« Vous en avez de bonnes, il faut bien que je vous parle pour constater que vous n’êtes pas du même avis que moi, sinon je risque de me tromper sur votre compte et vice-versa. »