Archive pour le 16 juin, 2015

L’oisiveté n’est pas un vilain défaut

16 juin, 2015

« Désolé de vous déranger ! »

« Je vous en prie, vous ne me dérangez pas. »

« Si, si ! Je vois bien que vous étiez en train de réfléchir. Et moi qui m’amène, comme ça avec mes gros sabots, sans rendez-vous. »

« Vous ne me dérangez pas. J’étais en train de ne rien faire. »

« Comment ça ? Vous aussi ? Moi, ça m’arrive souvent de ne rien faire, mais je n’ose jamais le dire. C’est très mal vu dans notre société. »

« Faites comme moi. Prenez des poses. Téléphonez à n’importe qui en prenant l’air inquiet. Buvez du café en regardant votre montre. Promenez-vous d’un pas pressé. »

« Je vous remercie de vos conseils. Je ne sais jamais comment ne rien faire. C’est rassurant. Finalement, ceux qui ne font rien forment peut-être une vaste confrérie dont chacun des membres ignore l’autre puisque notre société interdit l’oisiveté. »

« C’est exact. Il faudrait peut-être imaginer un code secret pour se reconnaitre. Peut-être une certaine vacuité dans le regard. »

« Non, ce n’est pas possible. Il peut y avoir confusion. Le regard vide d’expression, ça désigne les gens très intelligents ou alors les politiciens. On pourrait adopter les mains dans le dos. C’est très symbolique : quand on a les mains dans le dos, on ne risque pas d’être débordé d’occupations. »

« C’est pas mal, en effet. On serait une confrérie secrète. Il y aurait un serment d’entraide à l’entrée. Chacun serait tenu d’aider son frère lorsqu’il a du mal à ne rien faire. »

« Quand nous serons assez nombreux, nous sortirons de l’ombre pour montrer au Monde, l’importance du culte de l’oisiveté. »

« Oui, si tout le Monde se tournait les pouces, il y aurait moins de violence, moins d’accidents, moins de guerre. Les gens ne se rendent pas compte de tous les malheurs qu’évite le tournage de pouces. »

« Ils ne savent pas que le meilleur moyen d’éviter de prendre de décisions désastreuses, c’est de ne pas en prendre. »

« Certains politiciens l’ont bien compris, mais on voit bien qu’ils n’osent pas afficher leur appartenance à notre confrérie. Il faudrait qu’il fasse leur coming-out. »

« Oui, beaucoup trop de frères sont prisonniers des conventions sociales et sont obligés de faire semblant d’être surbookés ! »

« Dans notre programme, il ne faudra pas oublier la formation des jeunes esprits. Un cours d’oisiveté dès l’entrée en CE2 serait le bienvenu. »

« Remarquez, certains gamins  sont naturellement doués très tôt, mais les parents ne les encouragent pas assez et ils finissent par perdre leur compétence. »