Archive pour le 11 juin, 2015

Programme électoral

11 juin, 2015

« Je vais m’abstenir. Vos programmes électoraux me donnent la nausée. »

« Ah bon ? Vous êtes sévère ! »

« De toute façon, dès que vous serez élu, vous ferez ce que vous voulez et non pas ce que je veux. »

« Vous êtes contre la réduction des impôts ? »

« Ça dépend. Si mes impôts sont bien employés, je veux bien en donner plus. Vous présentez toujours les impôts comme une charge, mais ça sert aussi à construire des équipements pour chacun. »

« Et le chômage, vous n’allez pas me dire que vous êtes pour le chômage ? »

« Pourquoi pas ! Si on demandait à chacun ce qu’il a envie de faire ? Peut-être que les gens seraient plus heureux d’aller bosser, plutôt que d’accepter n’importe quoi ! »

« Je vois ce que c’est, Monsieur est pour le bonheur sur Terre. Un rêveur, quoi ! Un peu gauchiste, en plus ! Et le taux de croissance qu’est-ce que vous en faites ? »

« Rien, tant que j’ai un toit sur la tête et un bifteck dans mon assiette, qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse que le taux soit 0.4  ou 0.5 % »

« Bon, prenons le problème autrement. Vous avez l’air en bonne santé. Mais ça coûte cher la santé, je propose de réduire le budget de la santé, tout en maintenant la qualité des soins. »

« Peut-être, mais je vais voir le docteur Mouchalait à chaque rentrée, je ne vois pas bien comment vous allez réduire ma visite, ni comment vous allez réduire le docteur Mouchalait. »

« Le problème, c’est que vous êtes un citoyen moyen. Moi, je raisonne sur l’ensemble de la population. C’est différent. Il faudrait que vous soyez un peu moins centré sur vos intérêts. Pensez un peu aux autres ! »

« Eh ! Voilà, c’est moi qui ai encore tort ! Tout le monde défend son bout de gras ! Si vous croyez que les notaires ou les pharmaciens pensent à moi ! »

« Euh… peut-être pas, mais il faudrait que quelqu’un commence à penser aux autres, sinon nous n’allons pas à sortir. »

« D’accord, donc je vote pour vous si vous vous engagez à faire savoir aux riches qu’il faut penser à moi. »

« Euh… il ne faut pas oublier que nous avons besoin de l’argent des riches pour investir dans l’avenir du pays. Je suppose que l’avenir de vos enfants vous intéresse ? »

« Ça recommence … Vous voulez faire des trucs à condition que je n’en bénéficie pas et si je rouspète, c’est moi qui est fautif ou traité d’égoïste ! Et en plus vous jouez sur le sentiment d’affection que j’ai pour mes enfants ! Je suis outré ! »

« Vous êtes un électeur compliqué. On vous fait des belles envolées sur la patrie, la liberté, la fraternité et vous ramenez tout à vous ! »

« Euh… oui. Je vais faire un effort. Je vote pour vous si vous dites publiquement que vous n’avez aucun programme et que vous essayerez simplement de faire pour le mieux. »