On s’en f…

« A force de dire qu’on s’en fout, on va vraiment s’en foutre ! »

« De quoi, vous vous foutez ? »

« De tout : des élections, des impôts, de la dette, du mariage, de l’école, de l’emploi … de tout, je vous dis. De toute façon, les journalistes disent que tout le monde s’en fout, donc on s’en fout. »

« Vous avez besoin qu’on vous le dise ? »

« Euh, oui, pour faire comme tout le monde, le premier qui ne s’en fout pas est considéré comme vendu au système. »

« C’est quoi le système ? »

« C’est tout ce qui pousse les gens à ne pas s’en foutre. »

« Vous avez raison. Moi, de toute façon, je me fous du fait que vous vous en foutiez. »

« Bon, c’est pas tout ça. Une fois qu’on a constaté qu’on s’en fout, qu’est-ce qu’on fait ? »

« Moi, je vais regarder la télé, pour essayer de comprendre pourquoi je m’en fous. »

« C’est bien, mais faites attention, parfois il y a des émissions intelligentes qui pourraient vous intéresser. C’est très risqué. Moi, je vais plutôt faire un tour dans les boutiques du quartier pour m’assurer que tout le monde s’en fout. »

« Faites attention au boulanger. L’autre jour, il m’a développé une théorie économique. Je n’ai rien compris, mais il avait l’air d’avoir lu quelque chose là-dessus. »

« Aïe ! Il ne faut pas discuter avec des gens cultivés, ça se termine toujours mal ! Moi, je me contente de mon hebdomadaire de télé. Au moins, je suis au courant des potins de stars. C’est sans intérêt, donc je peux continuer à m’en foutre. »

« C’est dur de ne s’intéresser à rien. Je n’arrive même pas à me désintéresser du championnat de France de foot. »

« Essayez d’imaginer ce que les joueurs gagnent en tapant dans un ballon. Il vaut mieux s’en foutre une bonne fois pour toutes ou alors on fait la révolution. »

« D’accord. Mais j’ai failli aller voter aux dernières sélections pour exprimer mon désarroi. »

« Quelle horreur ! Faites attention : on pourrait croire que vous avez des convictions politiques. Si c’est le cas, dites-le tout de suite, je ne vous parle plus. Il faut que j’entretienne des  relations avec des gens qui s’en foutent complètement, sinon je pourrais être contaminé. »

« Heureusement, je me suis abstenu au dernier moment. C’est mieux, comme ça personne ne sait ce que je pense. D’ailleurs, tout le monde s’en fout. »

« Il faut faire très attention de ne pas se laisser embrigader. Si on a des opinions, on est obligé de les défendre ou alors de mettre ses actes en conformités avec ses paroles. C’est très déstabilisant, d’autant plus que rien ne vous assure que vous aillez raison. »

« Oui. Il ne faut pas avoir d’opinion tranchée. Comme ça, on reste entre gens qui s’en foutent et on ne se disputera pas. C’est pénard. »

« Et en plus, je ne vous dis pas la galère quand il faut changer d’opinion ! »

Laisser un commentaire