De l’enfer au paradis

Jules a succombé au démon de midi.

Aux femmes, il raconte Dieu-sait-quoi.

Ce n’est pas bien malin.

On lui donnerait le bon Dieu sans confession.

Mais il a planqué son bien dans un paradis fiscal.

Au diable vauvert.

Il mène sa vie à un train d’enfer

En se fiant à son ange gardien.

Laisser un commentaire