Archive pour le 2 avril, 2015

Sans titre

2 avril, 2015

« Je me fous de tout : de la guerre au Moyen-Orient, de la famine dans le monde, de payer des impôts ou de ne pas en payer, du PSG, de la pollution, de mon patron… de tout je vous dis ! »

« Vous trouvez ça bien de vous fermer au monde ? »

« Je me fous aussi du fait de me fermer au monde. A tout prendre, c’est mieux que de s’ouvrir au sept milliards d’êtres humains qui font tout de travers. »

« Bon, il y a ben quelque chose qui vous fait plaisir ? »

« Picoler un peu, peut-être, et puis aller me coucher après. »

« Je parlais de quelque chose de constructif. »

« Pourquoi construire, puisque tout part en fumée à la fin. D’ailleurs plus vous faites de choses sur Terre, plus vous allez regretter de la quitter. »

« Vous me paraissez particulièrement dépressif, ça se soigne. »

« Je vous vois venir. Se soigner pour vous, c’est trouver le moyen de m’occuper pour me détourner de l’essentiel pour vous tranquilliser sur mon sort. Socialement, les gens qui se foutent de tout sont dérangeants puisqu’ils évoquent forcément la fin du monde. »

« Euh… ce n’est pas simple votre affaire. Rien ne vous empêche de penser à l’essentiel, tout en vous intéressant à la cuisine, la littérature ou le sport. »

« Si je m’intéresse à quelque chose, l’essentiel devient accessoire. Forcément. Réfléchissez un peu. Allons, allons. »

« Bon, si je comprends bien, vous entendez réduire votre vie aux fonctions primaires de l’être humain : manger et dormir. »

« C’est déjà beaucoup, mais malheureusement j’ai faim et sommeil de temps à autre. Je ne peux pas m’en foutre. C’est déstabilisant. »

« Donc vous appréciez la bonne cuisine et la bonne literie. Vous voyez bien que vous tenez à quelque chose. »

« Arrêtez donc de me faire rentrer dans mes contradictions. Je vous vous venir. Je suis très cultivé, vous savez ! Il ne faut pas me prendre pour un imbécile. »

« Donc, en plus vous tenez à votre culture. On progresse. En plus, vous vous préoccupez de l’opinion que j’ai de vous. Vous voilà intégré dans la société ! »

« Si répondre à tous ceux qui m’énervent, c’est s’intégrer dans la société, ça ne va pas très loin. »

« Si je vous énerve, c’est que vous ne vous foutez pas de ce que je vous dis. On n’évite pas son prochain, mais on n’est pas obligé de l’aimer. »

« Il manquerait plus que ça ! »