Les suppléants

« Je vends des trucs qui vous facilite la vie. Avec moi, vous pouvez buller tranquillement, vous ne serez pas dérangé. »

« J’ai déjà tout ce qui me faut : le robot qui fait aspirateur, le robot qui fait mes jus de fruits, la machine à laver ceci ou cela, la machine à faire du pain, l’imprimante en 3 D… Bref une vraie usine automatique à moi tout seul ! »

« J’ai beaucoup mieux. J’ai en stock une engueulade de gamin de première classe. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Imaginez la scène. Vous rentrez du boulot, exténué. Votre môme arrive la bouche en cœur avec un carnet scolaire à hurler. Mais vous êtes trop crevé pour lui asséner une diatribe sur la beauté de la valeur travail et de la nécessité de l’effort intellectuel intense dont il n’a jamais entendu parler. Alors vous signez en soupirant. C’est là que j’interviens. Vous m’adressez votre gamin et je l’engueule vertement. Tout y passe : ses notes désastreuses, son attitude calamiteuse, le travail, l’effort et le patriotisme pendant qu’on y est. En option, je fais un très joli couplet antidrogue. »

« Bon, en mettant les choses au mieux, il va vous écouter sans vous caillasser, mais après ? »

« C’est là que ma maison propose sa formule abonnement. Grâce à un procédé très perfectionné, nous lui envoyons toutes les 3 heures le même discours dans ses écouteurs. Sa musique de débile est interrompue et il est obligé d’écouter de nouveau. 150 euros, les trois mois. »

« Intéressant. »

« J’ai mieux. Vous avez de convictions religieuses. Vous ne savez pas si vous irez au paradis, mais ça vous arrangerait bien d’y aller en fin de parcours. Mais pour en arriver là, il faut être assidu aux messes du curé de la paroisse du dimanche matin. Problème : mettre le nez hors de la couette le dimanche matin est une épreuve insupportable pour vous. Aucun souci, nous vous remplaçons le temps qu’il faudra. »

« Mais le curé va se douter de quelque chose ! »

« Non, nous avons une attitude très recueillie et puis s’il vire tous les suppléants, il n’aura plus grand monde à son office de huit heures. 200 euros en été, 250 en hiver car l’église n’est pas chauffée. »

« C’est un peu odieux, mais au point où on en est. »

« Vous ne faites pas le remplacement du salarié ? »

« Si. Nous pouvons envoyer un salarié pour vous remplacer à votre bureau. Après… le tarif dépend du niveau souhaité. Si vous êtes remplacé par un abruti qui n’en fiche pas une rame, qui soutient la machine à café et les conversations des standardistes, vous pouvez vous en tirez par cent euros par mois. Par contre, pour une vedette qui vous fera remonter dans l’estime de vos supérieurs, c’est six cent euros. Mais à ce prix à, vous pouvez envisager une promotion dans les plus brefs délais. »

« Je suppose que vous avez beaucoup de clients ? »

« Pour la formule ‘abruti ‘, oui. Vous avez sûrement remarqué qu’ils sont nombreux dans les couloirs. C’est très fréquent. En ce moment, nous avons une très belle promotion sur le lèche-bottes complètement incompétent. Mais il faut vous presser, il n’y en aura pas pour tout le monde. C’est 200 euros par mois. Renouvellement par tacite reconduction. »

Laisser un commentaire