Il faut gêner

« J’espère que je vous gêne. »

« Comment ça ? Vous voulez dire : j’espère que je ne vous gêne pas ! »

« Non pas du tout, mon objectif est bien de vous gêner pour que vous vous rendiez compte de mon existence. Je suis comme une grève de cheminots. Si les grèves de la SNCF ne dérangent personnes, ce ne sont plus des grèves. »

« Bon, d’accord, vous me gênez et je constate avec regret votre existence. Maintenant, vous pourriez pousser un peu votre serviette de bains. Il y a assez de place sur la plage. Pendant qu’on y est, vous pourriez vous aussi prendre en considération ma présence matérielle en considération. »

« Euh… bin, non ! Je ne peux pas me bouger. Vous me le demandez gentiment, c’est insupportable, il faudrait que le ton monte, que nous ayons une petite altercation pour des vétilles. Si nous parlons raisonnablement, c’est comme si vous sous-estimiez mon pouvoir de nuisance. Gêner, c’est le premier niveau, mais nuire, c’est encore mieux. »

« Je pourrais aussi vous casser la figure. »

« Je n’osais pas vous en demander autant. Là, nous atteignons le troisième niveau de ma stratégie de reconnaissance existentielle. Si on pouvait faire intervenir la police, ça ferait une histoire glauque à n’en plus finir. Je pourrais faire étalage de mes rancœurs et prendre tout le commissariat à partie.  »

« Euh… je suis désolé, mais là, je suis un petit peu en vacances. »

« Et alors ? Quand on est en vacances, on a le temps d’être encore plus crétin que pendant les onze autres mois de l’année. Ce serait généreux de votre part. « 

« Ce n’est pas une question de crétinerie. J’aime bien être tranquille sur la plage, c‘est tout. Sans avoir affaire à un débile mental.»

« Ecoutez, je vais faire un effort. Nous pourrions prendre rendez-vous pour la rentrée. Je vous gênerai et vous pourriez me répondre agressivement, en étant beaucoup plus tranquille. Le seul problème, c’est de savoir comment je peux vous gêner. »

« J’ai une meilleure idée, vous pourriez gêner mon voisin Dugenou. Il se croit martyrisé dès que je mets un peu de musique classique chez moi, le dimanche matin. Il est très susceptible. Il pourra très facilement prendre en compte votre existence. Le troisième niveau ne lui fera pas peur. Il vous cassera la figure sans problème et avec efficacité. D’autant plus qu’il est d’une constitution plus forte que la vôtre. »

« Ce serait très aimable de sa part. Vous pourriez alors intervenir dans la bagarre pour me sauver de ses griffes. Je serai encore plus conscient de ma valeur puisque quelqu’un se serait préoccuper de me sortir des griffes de ce malotru. »

« Euh… pendant qu’on y est, ça ne vous gênerait pas gêner Mollard, mon voisin de bureau ? En le poussant à bout, je pense que vous pourriez obtenir une très belle inculpation pour coups et blessures. Vous auriez un procès en bonne et due forme. Tout le monde parlerait de vous et moi, je serai débarrassé de Mollard pendant un certain temps. »

« Là je dois dire que vous me gâtez ! »

« C’est parfait. Garez- vous sur sa place de parking, il a horreur de ça. Je vous dénonce. Et le reste ne devrait pas poser de problèmes. »

Laisser un commentaire