Archive pour le 5 février, 2015

L’ennui

5 février, 2015

« J’aurais voulu être un artiste, pour exprimer ma créativité, au lieu d’appliquer des procédures. »

« C’est vrai que dans les assurances, vous ne devez pas vous amuser tous les jours. »

« J’ai sûrement quelque chose de spécial à apporter au monde. Le tout est de savoir quoi. »

« Je suis d’accord avec vous : chacun d’entre nous a un potentiel au fond de soi. Il y a ceux qui le sortent et ceux qui font le maximum pour l’éviter. »

« Il est vrai que c’est dérangeant de laisser libre cours à ses démons internes. Heureusement, les miens sont bien cachés derrière tout un tas d’inhibitions. »

« C’est dommage. Peut-être qu’ils sont intéressants. Vous devriez les déchainer. »

« Si je me mets à peindre une fresque sur les murs de ma salle de bains, je vais avoir un tas d’histoires avec Georgette. Elle n’aime pas beaucoup quand je fais des miettes sur la toile cirée ! »

« Mais Georgette a sûrement un potentiel créatif à exprimer aussi. »

« Non, elle dit qu’elle n’a pas d’imagination, qu’elle est très terre-à-terre elle, contrairement à certains qu’elle ne nommera pas. »

« C’est une attitude courante. C’est un déni de démons internes. Les gens n’ont pas la moindre envie de savoir ce qu’ils sont capables de faire. »

« Bon, alors moi qu’est-ce que je fais : je déchaine ou je ne déchaine pas ? »

« Essayez de vous déchainer quand il n’y a personne autour de vous. Chantez un air d’opéra dans votre bureau par exemple. »

« Euh …. J’ai déjà essayé. Le chef de service m’a envoyé le médecin du travail qui n’était pas très amateur de la Traviata. J’ai gagné huit jours d’arrêt de travail. »

« C’est dommage. Quand les gens comme vous ne savent plus quoi faire pour exprimer leur potentiel, ils écrivent leur vie. »

« J’ai essayé aussi. Ma vie est tellement morne qu’elle ne m’intéresse pas moi-même. J’ai abandonné au moment où j’entrais en CM 1. »

« Vous pourriez inventer la littérature de la platitude. Un roman où il ne se passerait rien, absolument rien. Ce serait comme un désert à traverser. Après tout, il y a bien des aventuriers qui s’équipent pour traverser le Sahara. Vous, vous seriez l’aventurier qui traverserait le désert de votre vie. »

« Je vais mourir d’ennui au lieu de mourir de soif. »

« Ce n’est pas si mal que ça. Mourir d’ennui en plein désert intellectuel, c’est une belle fin qui n’est pas donnée à tout le monde. D’habitude les gens vivent dans l’ennui, mais n’en meurt pas. »

« J’aimerais plutôt survivre encore quelques années, si ça ne vous dérange pas trop. »

« Bon d’accord. Alors essayez la réflexion transcendantale. En vous concentrant fortement, vous pourriez sortir de votre enveloppe charnelle. »

« L’ennui, c’est que je ne sais pas très bien où j’irai. Et puis quand on est sorti de son enveloppe charnelle, qu’est-ce qu’elle devient toute seule ? C’est que je n’ai pas envie de la perdre. Par moment, je suis bien content de retrouver mes problèmes de santé, ça me rassure. »