Archive pour le 18 décembre, 2014

Nos hommes

18 décembre, 2014

« Comment ? T’es mariée depuis vingt-deux ans ? Avec le même ? Ce n’est pas possible… ça existe encore ? J’espère au moins qu’il est soumis. »

« Euh… c’est un militant de l’égalité des sexes… »

« Mais c’est complètement dépassé. Maintenant, il ne s’agit plus d’égalité, il s’agit d’assurer la supériorité des femmes sur les hommes. »

« Nous partageons les tâches du ménage : il fait les courses, la cuisine, il va aux réunions de parents d’élève, il mène les gamins au jardin d’enfants… »

« C’est tout à fait insuffisant ! Il ne faut rien partager ! Il faut qu’il fasse tout, sauf ce qui te fait envie de faire.  Par exemple, le shopping. Ce n’est pas compliqué : tu passes une journée dans les magasins, tu achètes n’importe quoi – sur un coup de tête si possible – , il porte les paquets, il ne doit pas soupirer d’impatience en levant les yeux en l’air et doit avoir l’air de s’intéresser à ce que tu fais. »

« C’est peut-être beaucoup demander. »

« Non, il ne faut pas lui laisser l’espoir qu’une rébellion est possible. Bien sûr, il apporte ton déjeuner au lit, même quand il est malade. »

« Euh… parfois, je lui fais une petite surprise.. « 

« Pff… C’est la cata ! Au lieu de lui faire des surprises, tu ferais mieux de lui faire des remontrances. Pour n’importe quoi. Les traces de dentifrice sur le lavabo par exemple. C’est un grand classique, ça marche très bien. Tu peux mettre en évidence son sans-gêne. »

« Il va bouder une journée. »

« Justement ! Tu pourras ensuite lui reprocher sa propension à faire la gueule pour pas grand-chose. Dans un couple, c’est intolérable. »

« J’essaie d’être conciliante. On peut éviter des conflits inutiles si tout le monde y et du sien. »

« Non. Il n’y a pas de conflit inutile. S’il a l’impression d’une accalmie, il pourrait en prendre à son aise. Peut-être même que l’estime qu’il a pour lui-même pourrait remonter. »

« Et alors… »

« Et alors, ça ne va pas du tout. S’il accède à un minimum de dignité, il va chercher à te raisonner et à te convaincre de le respecter. Méfie-toi… »

« Mais je le respecte… »

« Alors là, je ne peux pas grand-chose pour toi. Le mien n’ose même plus lever les yeux sur moi, sinon je le condamne à recommencer tout le repassage. Bien entendu, il s’occupe de tout le bricolage dans la maison… »

« Euh… pour la plomberie, il vaut peut-être mieux faire venir un spécialiste. »

« Non. J’espère au moins que tu lui fais honte d’être obligé de gaspiller le budget du ménage alors qu’il pourrait se fouler un peu pour réparer la plomberie, l’électricité, la machine à laver , le PC, la tablette numérique, la voiture et bien évidemment savoir se débrouiller avec les problèmes d’assurance, de banque, d’impôts…. Enfin le basique, quoi ! »

« Le principal, c’est qu’on soit heureux… »

« Quoi ? En plus, il est heureux en ménage ? Toi, je veux bien, mais lui… »