Archive pour le 4 décembre, 2014

Egalitarisme

4 décembre, 2014

« Je suis contre l’égalitarisme ! »

« Comment ça ? Vous êtes un personnage discriminant ! C’est odieux ! »

« Pas du tout ! Réfléchissez ! Si j’ai le même revenu que vous, la même maison, la même télé, la même voiture, etc… De quoi allons-nous parler ? »

« Euh… on n’aura pas la même femme ! »

« Si ! Parce qu’elles utiliseront les mêmes produits de beauté, iront chez les mêmes coiffeurs, liront les mêmes magazines… Vous trouvez ça marrant ! »

« Ce n’est pas possible, chacun a son identité ! On ne peut pas standardiser les individus ! »

« C’est pas si sûr ! Regardez : tous les mois d’aout, ils se précipitent tous au même endroit. Ils ont tous le même téléphone portable. Ils lisent tous le même journal sous des titres différents. »

« Il ne faut pas confondre panurgisme et standardisation. »

« Euh… admettez que la brebis qui suit bêtement la collègue qui marche devant elle, lui ressemble furieusement. »

« Certes, mais moi, j’ai aucune envie de devenir comme vous. »

« Donc, vous êtes comme moi, vous êtes contre l’égalitarisme. En plus, imaginez que nous soyons égaux, vous ne pourriez plus m’envier. Quel objectif pourriez-vous vous fixer si vous n’avez plus celui d’égaler votre voisin ? La différence, ça sert à permettre à chacun de rester à sa place et à avoir envie d’en occuper une autre plus enviable. »

« Moi, je me contenterai d’avoir votre niveau de revenu ! »

« Nous y voilà ! Vous voulez tuer le progrès. Si nous avions le même revenu, je ne pourrais plus acheter la dernière télé ou a dernière machine à laver à la mode. Certes les derniers équipements sortis sont les plus chers, mais ce sont ceux qui intègrent le plus de nouvelles technologies. C’est grâce à ma puissance d’achat que les ingénieurs peuvent innover et vous finirez par profiter de cet effort. »

« Autrement dit, je dois remercier les riches d’être plus riche que moi. »

« Oui, c’est mieux d’être inégaux, c’est un facteur de progrès collectif. C’est un soutien indispensable à la croissance. Et puis, c’est moral. On ne va tout de même pas donner les mêmes avantages aux paresseux qu’au courageux. C’est la porte ouverte au déclin social et je dirais même à la décadence de la civilisation. »

« Mais on pourrait au moins se demander pourquoi il y a des paresseux »

« Euh… non…. Ça va monopoliser des emplois pour rien puisqu’une fois qu’on aura trouvé pourquoi il y a des paresseux, ça leur donnera une bonne raison pour être paresseux. C’est un cercle vicieux. Nous sommes inégaux, mais il ne faut pas chercher à comprendre pourquoi pour ne pas penser que nous aurions des raisons d’être égaux, ce qui nous conduirait inévitablement à la chienlit. »

« Mais c’est que je n’ai pas envie de rester à ma place, moi. Je prendrais bien la vôtre ! »

« La volonté ! Voilà ce que je dis à tous ceux qui pestent ! Si vous voulez m’égaler, retroussez les manches ! »

« On pourrait vous casser la figure par exemple. Je pose une question si l’égalité conduit à la perte de repères, l’inégalité ne conduit-elle pas à la violence ? »

« Euh… Je vous laisse …. Moi, j’étais dispensé de gym au lycée, alors je préfère être inégal, mais de loin. »