Archive pour le 2 décembre, 2014

Quels territoires ?

2 décembre, 2014

« Les campagnes se désertifient. On peut rouler des kilomètres sans rencontrer âme qui vive. A la rigueur quelques moutons, mais on se demande où sont passées les bergères. »

« Tout ça ne date pas d’aujourd’hui. Jean Ferrat en parlait déjà dans sa chanson sur la montagne en 1964. A force de désertifier que va-t-il rester entre les villes ? »

« Rien… des bois et des broussailles. On en reviendra au temps des gaulois. Les populations se regrouperont auprès des fleuves, dans des clairières. Le reste sera livré à l’abandon. »

« Les bêtes sauvages reprendront pied dans cet espace : le loup, le lion peut-être. Il faudra surveiller les enfants pour qu’ils ne s’éloignent pas trop de leur HLM. »

« On verra revenir aussi des bandes de brigands qui se cacheront dans le creux des forêts pour rançonner les voyageurs. »

« Remarquez, ce sera plus clair. Aujourd’hui, les brigands se pavanent en ville dans les beaux appartements et ils fraudent le fisc. »

« Vous avez raison. Chacun a sa place. Les gens honnêtes en ville, les truands dans les bois. »

« Ce sera plus juste. Comme les pauvres n’auront plus les moyens de voyager, les pilleurs s’attaqueront aux convois de riches. Robin des bois avait compris le truc. C’est le premier inspecteur des impôts des temps modernes. »

« Euh… moi, je préfèrerais quand même que des gens sérieux restent dans les campagnes. Vous ne voudriez pas vous y installer ? »

« Si, mais alors il me faudrait une école pour les gosses, un boulanger pour me faire du pain, un bistrot pour étancher ma soif et un curé pour m’enterrer dignement. »

« Ce n’est plus la campagne. Vous êtes marrant : vous voulez bien vous installer à la campagne à condition que ce soit la ville ! »

« Et Internet ? Qu’est-ce que vous en faites ? »

« C’est pas Internet qui va vous livrer votre baguette de pain ou votre pack de bières. Non, la campagne est un espace invivable par nature. Il faut pourtant qu’on désigne des volontaires, sinon hop ! Les gangsters seront de retour ! Ou alors les lions. Au choix. »

« De toute façon, avec la montée des eaux qui s’annonce d’ici cinquante ans, une bonne partie des terres vierges sera recouverte. Le problème ne sera plus de vivre à la campagne, mais sur la mer. »

« Alors là, nous voilà replonger au temps des pirates. On aura le choix entre se faire détrousser dans les bois ou piller en mer. »

« Soyons optimistes, il restera des territoires. »

« Où nous pourrons entasser tout le monde dans des immeubles de huit cent mètres de haut. Si les ascenseurs des HLM fonctionnent aussi bien qu’aujourd’hui…. Bon courage à celui qui habite aux deux cent troisième étage. »

« Et la lune ? Et mars ? Il y a encore de l’espace là-haut. Les gens qui ne supportent plus la ville ou la campagne pourront s’installer dans la stratosphère. »

« Et pour leur baguette de pain, ils font comment ? Ils emmènent le boulanger ? »