Archive pour le 12 octobre, 2014

Les frustrés

12 octobre, 2014

« Vous devez souffrir. C’est obligatoire. Avez-vous eu une jeunesse malheureuse ? »

« Non, pas vraiment. »

« C’est dommage. Avoir eu une enfance difficile forge le caractère, et puis vous auriez pu vous en flatter et vous donner en exemple. »

« Je peux me rattraper ? »

« Oui, mais il faut vous dépêcher : être largué ou connaître un revers de fortune serait du meilleur effet. »

« Mais enfin, on ne peut pas être heureux, tout simplement. »

« Non, si vous avez tout ce que vous voulez, vous ne pourrez pas croire à un au-delà meilleur. Et puis si vous êtes satisfait de votre vie, vous avez moins de besoins et par conséquent vous consommez beaucoup moins, mettant la croissance économique nationale en danger par votre indifférence. La religion et l’économie sont contre vous. Vous êtes mal barré. »

« C’est pourtant ce qu’enseigne les grands Sages : savoir se satisfaire de son sort. »

« Si vous êtes trop satisfait, vous souffrez aussi car en regardant autour de vous, vous vous demanderez pourquoi la maladie ou la pauvreté vous épargne. Vous allez vous sentir vaguement coupable d’être privilégié. C’est très mauvais pour la santé. »

« Donc, je fais comment ? »

« Plaignez-vous de quelque chose. Ayez l’air acariâtre, amer. Ça vous donnera des sujets de conversations. Si vous êtes monsieur-tout-va-bien, vous allez finir par passer pour un benêt. »

« Vous ne trouvez pas ça ridicule ? »

« Non. De toute façon, c’est inévitable. Si vous n’aspirez à rien d’autre que ce que vous possédez, vous perdez de vue le sens de votre vie. Donc d’une manière ou d’une autre, vous souffrez, même si vous êtes content de vous. »

« En résumé, il faudrait que je me choisisse une frustration. »

« Il serait temps. Je n’ai jamais vu autant d’inconscience. Tenez, moi, je voudrais être un grand artiste peintre, mais je sais que je n’y arriverai jamais. J’enrage nuit et jour. Donc, globalement, ça va bien. Vous avez bien un petit quelque chose qui vous contrarie ? »

« Si je pouvais éviter d’aller chez ma belle-mère le dimanche.. ; »

« Et bin, voilà ! Quand vous voulez ! Un conseil : continuez à y aller en priant pour ne pas y aller ! »

« Ça tombe mal, dimanche prochain, elle part en croisière. »

« Ce n’est pas grave, soyez frustré de votre absence de frustration. »