Archive pour le 2 octobre, 2014

Contradictions

2 octobre, 2014

« J’ai beaucoup de boulot. Il faudrait que la direction fixe des priorités. On ne peut pas tout faire. »

« Mais le directeur a déjà fixé ses priorités. »

« Qui sont contraires à celles de son adjoint. »

« Ça a l’air de vous amuser. »

« Oui, quand c’est la zizanie au sommet, on peut faire ce qu’on veut en bas. En fait, mes priorités, c’est ce qu’il me plait de faire. »

« Il y a bien des moments où vous devez faire des choses qui ne vous plaisent  pas. »

« Il suffit de se débrouiller pour les faire déclarer non prioritaires. Sur la route, lorsque vous n’êtes pas prioritaire, vous finissez par passer une fois que les véhicules prioritaires ont passé. Mais au bureau quand un travail n’est pas prioritaire, sa seule façon de passer, c’est aux oubliettes. »

« Mais lorsque le directeur et son adjoint sont d’accord sur les priorités, vous faites comment pour les éviter si elles ne vous plaisent pas ? »

« Il y a toujours plus directeur que directeur. Il suffit de sortir les instructions du siège de l’entreprise ou alors une menace de passer devant un Tribunal si on ne s’occupe pas d’un dossier. On trouve toujours de quoi faire peur et faire reconnaitre le dossier qui vous convient comme prioritaire. »

« Euh… c’est de la manipulation. »

« Oui. On peut aussi dire que ça s’appelle : gérer ses chefs. »

« Vous pourriez dire que telle tâche vous plait plus qu’une autre. »

«Surtout pas ! Si on fait ça, les chefs sont ravis de faire acte d’autorité. Je leur donne l’occasion de rouler les mécaniques en disant que c’est eux qui commandent. Et à partir de là, on ne peut plus discuter et on est obligé de respecter leurs priorités. »

« Vous n’êtes qu’un vieux cynique. »

« Absolument. Je vous explique : être salarié, c’est abandonner une grande partie de sa liberté individuelle en contrepartie d’un salaire. Quand on vous prive de votre liberté, vous faites quoi ? »

« J’essaie de m’enfuir. »

« Exactement, c’est ce que j’essaie de faire tout en respectant les codes du milieu professionnel. »

« Et si vous vous faites prendre en train de tromper tout le monde, vous aurez l’air malin. Vous risquez d’être mis à la porte. »

« Le risque est faible. De la part de l’entreprise, ce serait reconnaitre des contradictions internes dont j’aurais essayé de profiter. »

« C’est du sabotage ! »

« Euh… non, tout organisme vivant contient et progresse grâce à des contradictions internes. Finalement, avec mon mauvais esprit, je fais avancer les choses. »