Archive pour le 19 août, 2014

Relooking

19 août, 2014

« Chez moi, je porte des vieux vêtements, dépareillés, avachis, troués, qui sentent mauvais. Je me sens beaucoup mieux que dans mon costard cravate au bureau. »

« C’est normal, c’est un réflexe animal. On a tous besoin d’un nid taillé à ses propres dimensions. Quand vous mettez votre costard, c’est que vous partez hors du nid, en représentation sociale. Il faut donc être beau et sentir bon si possible. »

« Oui, mais moi je suis stressé. Il faut continuellement faire attention à ne pas se tâcher. Je me sens gauche et emprunté. On pourrait être bien dans sa peau vestimentaire, même en représentation. Nous y gagnerions en efficacité. Mais mon chef exige la cravate. Il ne veut pas de débraillé artistique. Il dit qu’on n’est pas dans la Silicon Valley, où les génies de l’informatique viennent au boulot attifés n’importe comment.. »

« Vous savez qu’on a inventé le style semi-débraillé. Essayez le jean, ça fait chic. Le problème, c’est que le semi-débraillé étudié peut convenir en représentation, mais pas n’importe quel semi-débraillé ! »

« Ma vieille chemise de trappeur que j’avais pour partir en vacances quand j’étais jeune, ça peut le faire ? »

« Euh… non pas vraiment… A la rigueur, votre maillot de l’équipe de France… et encore, celle de 1998. Au bureau, ça vous donnera une touche acceptable d’originalité et de décontraction ! »

« Et mes vieilles chaussettes trouées… Elles ne me compriment pas à la cheville, je me sens comme dans des pantoufles. C’est important de se sentir bien du pied. »

« Evitez quand même de vous déchausser. Et débrouillez-vous pour ne pas sentir des pieds en pleine réunion de service. »

« Je pourrais aussi mettre ma casquette de joueur de base-ball.  J’aurais l’air de celui qui est très influencé par les méthodes américaines. »

« Ce n’est pas idiot, les patrons aiment bien ce qui vient des Etats-Unis. Evitez quand même le tee-shirt orné d’un gros numéro comme les joueurs de football américain. Ou alors les inscriptions du genre « I love New-york ». Il ne faut  quand même pas trop en faire. »

« Et la djellaba que j’ai achetée durant mes dernières vacances au Maroc. Je suis tellement bien dedans ! »

« Euh…pourquoi pas le niquab pendant que vous y êtes !  Au bureau, non ! Vous allez avoir des problèmes. De même, ne pas compter sur vos bermudas en plein été, vos collègues n’ont pas envie de se renseigner sur l’état de vos mollets. Même si c’est pratique pour arriver en vélo. »

« Si je comprends bien, il faut venir au bureau en vélo pour des raisons écologiques, mais on n’a pas le droit de transpirer du mollet ni d’ailleurs. Il faut rester maître de son apparence. C’est très frustrant. »

« Pendant que j’y pense, évitez aussi les Marcel qui se voient sous votre chemise. Ça vous donne un aspect vintage, mais c’est quand même un peu trop dépassé ! Et puis enlevez-moi ce gros gilet en laine. Ah bon, c’est celui de votre grand-père ? »