Se parler

« Vous me parlez là ? »

« Oui, ça vous dérange ? »

« Un peu. Je n’aime pas trop, ça me fait peur. Je n’ai plus tellement l’habitude : même mon voisin de bureau s’adresse à moi par mail. »

« C’est curieux. »

« Non, plus personne ne me parle. Dans la rue, les gens ne me demandent plus leur chemin, ils ont tous un GPS. On ne me réclame plus de feu non plus car il est de plus en plus interdit de fumer. Tout le monde a l’heure sur son téléphone portable, on ne peut même plus aborder les passants pour consulter leur montre. »

« Vous avez raison. J’étais justement en train de me demander ce que je pourrais vous demander. »

« Ne vous donnez pas trop de peine, vous n’avez qu’à consulter facebook ou google, vous saurez tout sur moi. »

« On pourrait se demander réciproquement nos noms et prénoms, ce serait plus facile pour activer les recherches. »

« Oui, c’est une bonne idée. Je pourrais vous dire que vous avez un joli prénom, vous me diriez que le mien n’est pas mal non plus. Nous pourrions avoir cinq minutes de conversation sur cette base. »

« J’espère que vous ne vous prénommer pas Wenceslas, je serais obligé que je n’aime pas les prénoms d’origine étrangère. »

« Bon, alors, on ne peut même pas parler de nous. Pour la météo, c’est râpé, j’ai ma station météo dans la poche et je suppose que vous aussi. »

«Finalement, je n’ai pas grand-chose à vous dire en direct. Laissez-moi votre mail, je suis plus bavard par l’intermédiaire des machines. Comme je ne suis pas obligé de supporter votre regard narquois, j’ai moins peur de vous parler quand je n’ai rien à dire. »

« Très bonne idée, échangeons nos coordonnées, je vous enverrai un mail ou un SMS, vous serez dans toutes mes listes de distribution. Je vous mettrai dans mes amis, même si vous ne m’inspirez pas grand-chose. Comme ça, vous saurez en direct tout ce que je fais. »

« A vrai dire, ça ne m’intéresse pas beaucoup. »

« Peut-être, mais comme ça, vous ne saurez plus tenter de m’adresser la parole. Surtout pour constater que nous n’avons rien à nous dire. »

« Bon, sur ce … il faut que j’adresse un SMS à ma femme et mes gamins pour savoir s’ils existent encore. Je les ai croisés dans la salle de bains ce matin, mais les uns téléphonaient, les autres écoutaient de la musique. Heureusement qu’on peut encore communiquer par SMS. »

Laisser un commentaire