Un expert

« Maurice, vous êtes notre expert en économie. Vous venez de publier « Pour qui sonnent les clochent » aux éditions Duchmol. Qu’est-ce qu’il faut penser des dernières mesures du gouvernement ? Faites vite car il ne faut pas assommer nos téléspectateurs avec de longues théories. »

« Eh bien, Marcel, pour prendre une image très simple, je dirais que lorsqu’une voiture n’est plus conduite, elle va dans le mur. »

« Allons, allons ! Est-ce vraiment aussi catastrophique ? Concrètement qu’est-ce que cela signifie ? Mais alors, concrètement… »

« Regardons les chiffres, le taux de chômage s’est accru de 0.1 %. Cela signifie qu’il y a plus de personnes qui ne trouvent pas d’emploi. Vous vous rendez compte ? »

« Pourtant, le gouvernement prévoit le retour de la croissance. »

« Bien sûr, Marcel, le gouvernement ne veut pas décourager les marchés. Mais regardons la situation en face, les téléspectateurs n’aiment pas le baratin : ça ne va pas bien du tout. D’ailleurs, je vais sortir une nouveau livre pour montrer que, si on ne redresse pas la barre au plus vite, ça va aller encore plus mal que mal. »

« Voilà qui est intéressant, Maurice. Et dans les autres pays, ça se passe comment ?  Ils sont dans la panade comme nous ? »

« Ecoutez Marcel, regardons les chiffres, encore une fois ! Nous sommes les champions du monde de la faiblesse des taux. Les indicateurs sont tous au rouge. Heureusement qu’il y a encore quelques économistes comme moi pour regarder la situation en face. »

« Quelle solutions préconisez-vous, Maurice ? »

« Il faut un vrai choc, Marcel. En voilà assez des mesurettes qui ne servent à rien. Il faut tout remettre à plat. Sinon, tout le système va exploser. D’ailleurs, vous allez voir les agences de notation ! Elles ne s’y trompent pas. »

« Que répondez-vous à ceux qui disent qu’il ne faut pas faire de catastrophisme, cher Maurice ? Il y en a qui disent que ça va pas si mal que ça ! »

« Ce n’est pas sérieux, Marcel. Je ris. Regardons un peu dans le rétroviseur. L’économie n’a jamais été aussi mal en point. Ceux qui vous disent le contraire sont – pour prendre une image compréhensible par nos téléspectateurs- ceux qui conduisent la voiture avec un bandeau sur les yeux alors qu’il leur suffirait de consulter mes travaux pour disposer d’un bon GPS. »

« Cher Maurice, vos explications sont très claires. Mais qu’est-ce que vous pensez de la dette ? Hein ? Mais alors concrètement … »

« La dette ?… mais c’est très simple, c’est comme si vous dépensiez plus que ce que vous gagnez. Vous vous trouvez dans l’obligation d’emprunter pour boucler vos fins de mois. C’est exactement ce que fait le gouvernement. Après qu’est-ce qu’il se passe ? Eh bien, il faut rembourser et les marchés… »

« Merci, cher Marcel, nous voilà bien renseignés. Il nous faut rendre l’antenne non sans avoir rappeler le titre de votre livre…»

Laisser un commentaire