Archive pour le 17 juin, 2014

Dialogue difficile

17 juin, 2014

« Je n’arrive pas à me fâcher. »

« Comment vous faites ? Parce que moi quand on me contrarie, j’aime autant vous dire que ça part au quart de tour ! »

« Quand je suis contrarié, j’ai toujours tendance à prendre en considération les arguments de mon interlocuteur, ce qui fait que je ne peux pas me fâcher ! »

« Quelle erreur ! Il ne faut absolument pas l’écouter ! Il faut partir en vrille tout de suite, en partant du principe que vous avez obligatoirement raison ! »

« Et si j’ai tort ! Je passe pour un imbécile qui s’énerve à la moindre objection. »

« Vous êtes peut-être un imbécile, mais un imbécile qui sait se faire respecter. »

« Euh, je préfèrerais avoir une réputation d’homme fin et intelligent. »

« Alors, il faut vous fâcher en ayant la certitude d’avoir raison. On reconnaitra alors non seulement votre compétence, mais votre caractère aussi. L’ennui, c’est qu’on est rarement sûr d’avoir raison, moi je préfère faire comme si… »

« Et si j’essayais de me fâcher contre vous. C’est vrai, vous m’énervez avec vos raisonnements tordus. »

« Bin… non ! Ce n’est pas possible ! Vous n’avez pas la physionomie du type qui s’énerve pour n’importe quoi. »

« Parce qu’il faut avoir une tête spéciale… »

« Oui, il faudrait que j’ai la trouille rien qu’en vous regardant. Avec votre visage sympathique, ce n’est pas possible de vous fâcher, je n’y croirais pas une seconde. »

« Alors comment puis-je m’en sortir pour vous faire part de l’irritation qui me saisit dès que je vous aperçois ? »

« Je ne sais pas. Essayez l’ironie froide et mordante, peut-être… »

« Pff…. c’est plus compliqué que de vous crier dessus ! Ce n’est pas juste ! Vous vous avez le droit de vous emporter en hurlant n’importe quoi. Avec votre face renfrogné et rougeaude, ça a l’air naturel, mais moi avec mon air distingué, je ne peux même pas vous insulter tranquillement. »

« Il faudrait travailler un peu. Picolez, n’allez pas chez le coiffeur, ne vous rasez plus, travaillez votre répertoire d’insultes…. »

« Y’a du boulot ! Avec la bonne éducation que j’ai reçue, ce n’est guère facile ! »

« Je compatis ! On pourrait essayer un truc : je vais me crier dessus et il vous suffira de reprendre toutes les insultes que je m’envoie à moi-même. Je ne peux pas faire mieux. Je ne peux tout de même pas me casser la figure ! »