Archive pour le 30 janvier, 2014

En attendant le bus

30 janvier, 2014

« Je suis d’un caractère assez impétueux.  Quand le bus n’arrive, je m’énerve, je deviens frustré, impossible avec les autres. »

« Allons bon ! Il suffit d’imaginer le bus en train d’arriver. Pensez qu’il est juste dans la rue d’avant, il va tourner dans une seconde… »

« Euh… je pense… Et non ! Rien ne tourne, ça ne marche pas votre truc. Maintenant je suis frustré. En plus, je suis en train de me demander si je n’ai pas intérêt à y aller à pieds. C’est un débat très tourmentant. »

« D’autant plus qu’il suffira que vous ayez marché cinquante mètres pour que le bus arrive et vous file sous le nez. Peut-être même que les voyageurs vous feront un signe narquois en vous doublant. »

« Vous croyez ? Bon, bin… je vais l’attendre ce bus. Je ne suis pas un homme dont on se moque, moi ! »

« Bon d’accord. Mais le chauffeur doit avoir un grave problème, sinon il serait déjà là. Vingt minutes de retard, ce n’est pas habituel. Je ne veux pas vous influencer mais je pense que vous devriez prendre une décision. »

« Bon… alors je vais aller pédestrement. Si le bus me dépasse, je courrai comme un fou pour l’attraper à l’arrêt suivant. »

« Je ne sais pas si c’est une bonne attitude. Vous allez déjà être en retard à votre réunion, votre chef n’appréciera pas. Alors, si en plus vous arrivez couvert de sueur avec la cravate en bataille devant des clients tirés à quatre épingles, votre cote va chuter encore un peu plus. »

« Remarquez si le bus est en panne, le bus suivant va sûrement arriver. »

« Euh… sauf si le bus en panne a eu un accident et qu’il bouche toute la rue ou bien si tous les conducteurs sont en grève pour protester contre les clients impatients auquel cas il faudrait envisager un autre mode de transport. »

« Bon… là, vous commencez à m’énerver. Comment ça se fait que vous ne vous impatientez pas vous ? »

« Parce que j’applique le principe de la faute des autres. Si je suis en retard, je dirai que c’est de la faute du bus qui n’était pas à l’heure. Si vous avez tout fait bien comme il faut, ce n’est pas à vous de vous charger des imprévus dont la responsabilité vous échappe. »

« C’est bien beau, mais mon chef ne l’entend pas comme ça. Lui aussi applique le principe de la faute des autres, mais il se trouve que les autres c’est toujours moi. »

« Réappliquez-lui le même principe. Si vous avez fait votre rapport et qu’il n’a pas été livré à l’heure voulue sur sa table, ce n’est pas votre faute. Si votre chef ne sait pas faire le partage des responsabilités, c’est de sa faute. Vous vous pouvez dormir tranquille… Tiens voilà le bus ! »