Archive pour le 15 octobre, 2013

Des pieds et des mains

15 octobre, 2013

« Il faut toujours que j’ai les mains occupées. »

« C’est normal, sinon vous avez l’impression de ne rien faire ou alors d’être décédé.  Quand vous n’avez rien dans les doigts, vous touchez une partie de votre corps : vous vous grattez la tête, ou vous palpez le menton, comme pour être certain d’être encore là. Ça vous rassure. Tout le monde fait ça. »

« Vous avez raison. Si je ne fais rien de mes mains, je suis obligé de faire travailler mon cerveau, en plus j’ai l’air nigaud avec les bras ballants. »

« C’est un peu stressant de travailler du cerveau, d’abord parce que l’on se pose des questions qui n’ont pas forcément de réponses, ensuite parce qu’on ne voit pas nos neurones à l’œuvre. Les autres personnes de votre entourage peuvent facilement en déduire que vous n’en fichez pas une rame tandis que lorsque les mains s’agitent, vous soulevez l’admiration par votre activisme. »

« D’où le succès du travail sur ordinateur. Taper sur un clavier est une dépense d’énergie très favorablement remarquée. Dans ces conditions, on peut se demander pourquoi les travaux manuels sont peu considérés ? »

« C’est une erreur historique. Mais ça va changer car on manque de plombiers et de maçons. Et puis le geste de l’artisan a quelque chose de noble. On a cru pouvoir s’en passer en automatisant la production, mais maintenant on revient à l’authentique. »

« Bon, alors examinons le statut des pieds. On peut se demander pourquoi ils sont moins populaires que les mains. Certains disent avec mépris d’un artiste ou d’un sportif : il joue comme un pied. Pourtant les pieds ont un rôle fondamental. »

« C’est-à-dire qu’on peut difficilement se gratter la tête avec les pieds… Les pieds, ça rassure moins que les mains. Néanmoins, se déplacer vivement dans des couloirs de bureau d’un pas déterminé est très bien vu, ça donne l’impression d’être très actif. Et puis le pied peut parfois exprimer un sentiment : l’impatience par exemple. Par-dessus tout, les Chinois savent que beaucoup de nos émotions ou de nos fonctions physiques sont directement connectées au-dessous de la voute plantaire. D’où le succès des massages de cette zone. Ce ne sont pas les pieds qui touchent les parties du corps, c’est l’inverse. En l’occurrence c’est la main qui prend soin du pied. »

« Si je comprends bien, on pourrait parler d’une revanche du pied sur la main. »

« Oui, d’ailleurs on commence à en prendre conscience. Ne dit-on pas souvent : bien dans ses baskets ? Ou alors : droit dans ses bottes ? Le pied contribue fortement à notre capacité d’expression. »

« Exactement ! Le pied prend donc ses lettres de noblesse. Je ne regarderai plus mes orteils de la même façon. Ceux qui ont leurs deux mains et leurs deux pieds ne connaissent pas leur bonheur. »

« Bien, nous nous interrogerons plus tard sur le statut social du genou. »