Archive pour le 8 octobre, 2013

Vous êtes forcément dans le système

8 octobre, 2013

« Comment on fait pour se débarrasser de la pub et des vendeurs ? »

« On ne s’en débarrasse pas. Il faut bien que les entreprises vendent leurs produits pour créer des emplois. Et pour vendre des produits, il faut en célébrer les bienfaits. »

« J’ai des vendeurs au téléphone toute la journée, je suis obligé de les envoyer promener. C’est très désagréable. »

« Dites-vous bien que lorsque vous vous laissez baratiner par un vendeur, c’est un emploi que vous créez ou que vous sauvegardez. »

« Ce n’est pas une raison pour me laisser fourguer un truc dont je n’ai pas besoin. »

« Comment ça, pas besoin ? Ce n’est pas vous qui décidez de vos besoins. Ce sont les producteurs qui savent mieux que vous ce dont vous rêvez. Et quand vous ne rêvez de rien, ils vous fabriquent un rêve grâce aux techniques de vente. Merci qui ? »

« Euh… c’est très polluant, tout ça. Je ne vous dis pas les kilos de papiers publicitaires que je jette toutes les semaines. »

« C’est pas grave, c’est du papier recyclable. Grâce à vous, un nouveau besoin a été créé : recyclage de papiers jetés à la poubelle. Même vos mauvais comportements sont bénéfiques à l’activité économique. »

« Quelle perversité ! Mais les choses sont en train de changer. Les consommateurs réfléchissent avant de s’engager. »

« Pas tant que ça. Avec Internet, non seulement on leur explique ce dont ils ont besoin, mais en plus, on leur met l’image de la satisfaction de leur besoin, jusque dans leur salle  à manger, à portée de mains. Il n’y a que des attardés comme vous pour vous imaginer que c’est vous qui décidez de l’objet de votre consommation. »

« C’est gai ! »

« Oui, mais c’est ainsi que fonctionne l’économie. De toute façon, vous êtes coincé. Même quand vous envoyez promener un démarcheur téléphonique, vous créez un nouveau besoin de télécommunication puisque le vendeur va vous rappeler jusqu’à vous faire craquer. »

« Et si je me retire au sommet du Mont-Blanc. »

« C’est pareil. Vous ne sortez pas du système. Les télés voudront faire des reportages sur votre lubie. Elles en feront une émission sur les conséquences de la société de consommation. »

« Ah ! Vous voyez, il y a des moyens de se faire entendre. »

« Bin… non, vous serez déçu parce que l’émission en question sera financée par des coupures publicitaires pour vanter les mérites de produits à la mode. Je vous aurais prévenu : plus vous resistez, plus vous participez au système. »