Archive pour le 24 septembre, 2013

Trompons-nous gaiement

24 septembre, 2013

« Il ne faut pas se tromper. Et quand on s’aperçoit qu’on s’est trompé, il ne faut pas se corriger. C’est comme ça. »

« Ah bon ? »

« Oui, si vous vous corrigez, vous allez passer pour un être hésitant, peu sûr de lui. Il vaut mieux être certain de son erreur plutôt que de la reconnaître honnêtement. »

« Vous exagérez… »

« Pas du tout. Si vous vous trompez de chemin en voiture et que vous faites un demi-tour, non seulement vous passez pour un idiot, mais en plus pour un gêneur puisque vous bloquez toute la circulation dans un sens et dans l’autre. Pour la sauvegarde de votre dignité de conducteur, il est bien mieux de continuer sur la mauvaise route. D’ailleurs, dans certaines villes, on s’arrange pour que les rues soient étroites de façon à ce qu’aucune voiture ne puisse faire demi-tour. Se tromper est permis, mais vouloir rectifier son erreur est interdit. »

« Vous avez d’autres exemples, comme ça ? »

« Bien sûr. Vous vous trompez de train. Au lieu de partir pour Dijon, vous allez à Lyon. Le contrôleur vous le fait remarquer. Vous commencez par passer pour un imbécile et ensuite, vous ne pouvez absolument pas corriger votre trajectoire. Encore un exemple : vous êtes au supermarché. Arrivé à la caisse, vous vous apercevez que vous vous êtes trompé de marque de chocolat. Eh bien, c’est terminé ! Tant pis pour vous. A moins d’avoir envie de vous faire découper en petits morceaux, vous ne pouvez pas bousculez les dix personnes qui attendent derrière vous pour courir chercher votre chocolat préféré. Il y a des moments où il faut choisir entre le chocolat et l’existence. »

« C’est triste. Moi, je me trompe tout le temps et j’essaie de réparer mes erreurs ! »

« C’est un désastre ! Il ne faut pas ! C’est quasiment illégal ! »

« Par exemple quand je me trompe au bureau, je refais mon travail. »

« C’est pas possible ? Mais vous faites perdre du temps à tout le monde ! Personne ne répare ses fautes. Le mieux, c’est de faire comme si on ne les avait pas vues. Lorsque votre équipe de foot perd, ce n’est pas la faute des joueurs ou de l’entraineur, c’est à cause de l’arbitre ou du terrain mal entretenu, c’est bien connu. »

« Oui, mais vous comprenez, moi j’ai des scrupules à ne pas reconnaître mes faiblesses. Je ne dors pas bien, je ne mange plus… »

« Vous êtes un vrai handicapé. Il faut admettre que dans la vie courante, vous avez un certain pourcentage d’échecs inévitables dès que vous entreprenez quelque chose. C’est automatique. Il vaut mieux ne pas en faire cas, sinon vous passez pour un pauvre faiblard et en plus vous vous faites du mal. Soyez sûr de vous et de vos différentes nullités ! »

« Vous êtes sûr de ne pas vous tromper ? »