Archive pour le 12 septembre, 2013

Errare humanum est

12 septembre, 2013

« Il faut savoir changer d’avis et reconnaître ses erreurs. »

« Surtout quand on se trompe. »

« Je le dis souvent : errera humanum est, perseverare diabolicum. Ça me permet de faire étalage de ma culture latine. »

« Savoir reconnaitre qu’on s’est trompé exige une grande ouverture d’esprit. »

« Il ne faut tout de même pas se tromper tous les jours dans tous les domaines. »

« Vous avez raison, moi je ne reconnais pas toutes mes erreurs sinon je ne m’en sortirais pas. J’admets m’être trompé quand ça n’a pas de conséquence néfaste pour moi.   Par exemple, je pensais que la reprise économique allait nous arriver de Chine. Eh bien, c’est faux ! Il parait que les Chinois dépriment. »

« Et vous trouvez que ça n’a pas de conséquence néfaste pour vous et pour moi. C’est un évènement considérable.»

« Bin… non puisqu’on est dans la crise… un peu plus, un peu moins… »

« Soit… mais vous devriez faire attention au public  devant lequel vous reconnaissez vous être trompé. Reconnaître des erreurs au bureau n’est pas très prudent, surtout si vous en faites beaucoup. Vous passerez peut-être pour quelqu’un d’honnête, mais vous pouvez faire une croix sur vos promotions et vos primes d’efficacité. Elles iront à ceux qui ne reconnaissent rien du tout et qui savent affirmer péremptoirement  leur opinion, même si elle et complètement idiote. En revanche, si vous avez oublié l’horodateur, vous pouvez très bien vous couvrir la tête de cendres devant le contractuel qui vous verbalise. Avec un peu de chance, il se sentira investi d’un pouvoir supérieur sur vous et se valorisera à ses propres yeux en faisant preuve de mansuétude. »

« Ça ressemble à de la manipulation votre affaire. Quand on reconnait un comportement erroné, cela doit être gratuit. On doit se frapper la poitrine courageusement, sans espoir d’en tirer un profit futur. »

« Euh… oui, alors là, il ne faut pas exagérer. Je veux bien me dire en moi-même que je me suis trompé… Mais de là à réunir tout le quartier pour expliquer que je suis complètement nul, pour le seul plaisir de se ridiculiser… »

« Vous n’avez pas besoin de la claironner, mais au détour d’une conversation vous pouvez dire sobrement que le comportement de l’économie chinoise a surpris vos prévisions et qu’il faut que vous reconsidériez vos positions sur l’évolution de l’économie mondiale. »

« C’est pas mal… Comme ça, je ne passe pas pour un idiot. « 

« Ceci dit, les gens s’intéressent plus à leur porte-monnaie qu’à celui des chinois. »

« Vous êtes sûr de ne pas vous tromper ? »