Chantons sous la pluie …ou non

« Je ne comprends rien aux paroles des chansons anglaises ou américaines qui passent sur les radios. Ni des françaises d’ailleurs, les chanteurs ne se donnent même plus la peine d’articuler. »

« Aucune importance. Ce qui compte, c’est l’ambiance musicale. Et même l’ambiance tout court. Aujourd’hui, une chanson, c’est du texte à la rigueur, un chanteur ou une chanteuse sexy,  mais surtout de la musique, et des images. On mélange tout et ça fait un clip. C’est-à-dire un truc qui est supposé éveiller toutes vos facultés naturelles : l’ouïe, le vue, la sensualité, voire même le toucher si on vous fait le coup de la réalité virtuelle…»

« Et l’odorat ? »

« Non, on n’a pas encore inventé le clip olfactif, mais ça pourrait être un concept intéressant. En tout état de cause, il ne faut pas rêver : personne ne va ressusciter Georges Brassens rien que pour vous faire plaisir. Ce n’est pas avec ça qu’on pourrait rempli un stade de 50 000 personnes en délire. »

« C’est navrant. Dans le temps, la tradition se chargeait de transmettre des petites comptines d’une génération à l’autre. C’était un héritage culturel. Les parents chantaient « Au clair de la lune » aux enfants dès le berceau pour les endormir, lesquels la reprenait à leur tour pour leurs propres bébés, trente ans plus tard. Je ne vais tout de même pas chanter «Que je t’aime ! » à mon gamin pour qu’il veuille bien aller dans les bras de Morphée. Il va avoir peur. »

« Ce n’est plus un problème. Vous ne léguerez plus de chansonnettes à vos enfants, vous leur léguerez votre Smartphone, ça les intéressera bien davantage. »

« Les jeunes s’enferment dans des écoutes individuelles. On n’en voit plus un qui ne porte pas d’écouteurs dans les oreilles. Ce n’est pas comme dans le temps : on se réunissait tous ensemble autour d’un feu de camp pour chanter des chants entraînant ou « Michaël est de retour ». Ce n’était pas mal, ça forgeait l’amitié.»

« Oui, bon. Mais personne n’a encore sorti « Michaël est de retour » en clip. Il va falloir vous y faire. Pourquoi ne pas vous inscrire à la chorale paroissiale ? »

« J’y ai pensé, mais je ne chante pas très bien, personne n’a voulu de moi. Le curé a dit qu’il va s’engager dans la voie ouverte par les trois prêtres qui ont une si jolie voix. Ce n’est pas avec la mienne qu’il pense réussir… Les chansons traditionnelles étaient faites pour être interprétées par n’importe qui. Maintenant si on veut chanter, y’a plus moyen. On n’a tout juste le droit d’écouter les autres qui n’articulent pas ou dont la voix est couverte par la musique. »

« Il ne vous reste plus qu’à composer votre propre chanson avec une histoire de petits oiseaux et de forêts en espérant qu’elle traverse les siècles… »

« Vous croyez que ça peut marcher ? »

« Rajoutez-y un peu de sexe, ça peut aider… »

Laisser un commentaire