Archive pour le 28 mars, 2013

Nos meilleurs défauts

28 mars, 2013

« La gourmandise est un vilain défaut. »

« Mon pauvre, s’il n’y avait que celui-là ! La vanité aussi, ce n’est pas très bien ! Et que dire de l’avarice ? D’ailleurs, peut-on dire qu’il y ait de jolis défauts ? Et de vilaines qualités ? « 

« Vous avez raison. Prenons un exemple : moi. Je suis très maniaque. J’aime bien quand tout est en ordre. Lorsque j’ai rangé, je ne me rappelle plus comment j’ai rangé, mais enfin ça ne fait rien, c’est rangé. Ça me donne l’impression d’être parfait. »

« Et moi, alors ? Parlons un peu de mes défauts. Je sui jaloux. Je veux tout ce que possèdent les autres et j’interdis que les autres convoitent mon bien. Ils ne manqueraient plus qu’on me dépouille ! »

« En effet, c’est un défaut très moche ! »

« Beaucoup plus que le vôtre. »

« Pardon ! Pardon ! Je suis également très menteur. Je dis ce qu’il m’arrange de dire à un moment donné et je n’hésite pas à me contredire.  Je m’en fiche complètement. Je ne suis pas faible du tout… Vous voyez que j’ai aussi des défauts superbement désagréables ! »

« Et mon avarice, alors ? Absolument écœurante. Essayez de me demander de l’argent, vous n’aurez pas un rond. Je ne vous fais aucune confiance. Et puis même si je vous faisais confiance, je ne vous ferais pas crédit. J’aime beaucoup regarder mes économies, même si elles ne servent à rien. »

« Je vois, vos défauts sont d’un très bon niveau. Mais une fois que vous aurez considéré ma prétention, vous n’aurez plus de répartie. En toute chose, je suis nettement au-dessus du lot. Je ne supporte pas qu’on puisse se comparer à moi. Je suis suffisant, imbu de ma personne : une vraie légende vivante…. Qu’est-ce que vous en dites ? Ça, c’est du très vilain défaut. Vous aurez du mal à faire mieux. »

« En effet, vous élevez le niveau. Er si je vous disais que je suis gentil ? »

« Vous rigolez ! Gentil ? Et pourquoi pas serviable ou généreux pendant que vous y êtes ? »

« Oui, je suis gentil à un point inimaginable. A ce niveau, ça confine à la bêtise. Une qualité qui se transforme en défaut ! Ça vous n’avez pas, hein ? Ça vous en bouche un coin ! »