Archive pour le 3 mars, 2013

Notre rubrique cinéma

3 mars, 2013

« Moi, j’aime les comédies sentimentales qui se finissent bien. L’homme et le femme sont faits l’un pour l’autre. Tout le monde le sait vu que ce sont les deux vedettes du film qui tiennent les rôles, mais eux font semblant de l’ignorer. Ils se disputent pendant une heure et demie, on pense qu’ils vont se manquer  et à la fin ils se retrouvent devant le rayon des conserves de leur supermarché et ils se marient. »

« Oui, ce n’est pas comme dans la vraie vie. Moi, quand je me suis disputé avec Mauricette, elle s’est mariée avec Gérard. Et il n’y a jamais personne qui m’attend devant le rayon des petits pois ».

« Et elle est heureuse Mauricette ? »

« Bin, non. Elle a divorcé. Ce n’est pas pour autant qu’elle fréquente le même supermarché que moi. »

« C’est une comédie sentimentale qui finit mal. C’est très rare. Mais le film n’est peut-être pas terminé. Vous devriez la rappeler. »

« Bof ! C’est qu’elle a trois gosses maintenant et qu’elle n’est guère avenante. En plus, elle a des difficultés de fin de mois. Elle n’a même plus de téléphone. »

« C’est vrai que dans les comédies sentimentales, on parle rarement des problèmes sociaux. Les gens sont riches et bien propres sur eux. Mais, on pourrait innover.  Vous retrouveriez Mauricette après vingt ans de séparation, elle est dans la dèche, mais votre inclinaison pour elle est intacte et vous la sauvez de la misère… J’en pleure déjà. »

« Oui, mais alors qu’est-ce que je fais de Ginette ? »

« C’est un peu embêtant en effet. Mais elle pourrait s’effacer avec élégance avec ses deux enfants pour assurer votre bonheur avec Mauricette. Si Ginette tient à vous, ça ne devrait pas lui poser de problèmes. Au cinéma, c’est comme ça… »

« Bin, c’est qu’elle n’est pas vraiment d’accord. Elle dit qu’on n’est pas au cinéma et qu’il faudrait que je fasse attention à  ne pas la tromper, sinon elle va s’occuper de Mauricette. »

« Oui… bon, alors là, on n’est plus dans la comédie sentimentale, on est dans le drame passionnel. C’est moins intéressant, on ne sait jamais comment ça va se finir. Vous êtes sûr qu’elle n’a pas d’amant Ginette, ça arrangerait tout le monde. »

« A cinquante-cinq ans, ça m’étonnerait. »

« Vous pourriez inventer la comédie sentimentale pour préretraités. Ce serait nouveau. »

« Sauf que Ginette n’est pas spécialement portée sur la comédie, elle préfère les films de gangsters ou de guerre. »

« Finalement, vous ne devriez pas aller voir des comédies sentimentales qui finissent bien, vous n’allez rien comprendre. »