Nos mauvais poèmes

On dit de lui que c’est un triste sire.

Mais si, mais si, Messire.

Il ne faut quand même pas l’occire.

Ni, sur ses souliers, passer de la cire

Car ses chevilles pourraient grossir.

Et son crâne épaissir.

Il faut se le farcir.

Car il n’est pas sorti de Polytechnique, ni de Sain-Cyr.

Mais il ne faudrait pas non plus le tableau noircir.

 

 

Laisser un commentaire