Archive pour le 21 février, 2013

Un gêneur

21 février, 2013

« Je suis gêneur professionnel. »

« Et ça consiste en quoi ? »

« Je dois déranger. Tout le monde, sans distinction d’origine, de couleur ou de revenu. »

« Ecrivain, quoi… »

« Euh… sauf que je ne sais pas écrire. Mais j’ai d’autres moyens. Par exemple, vous croyez qu’il fait toujours beau dans la Midi et froid dans le Nord. Eh bien, je vous dis que c’est faux ! Qui subit les dégâts de pluies torrentielles au printemps et en automne ? Hmmm ? Demandez un peu aux habitants du Languedoc ou de la Côte d’Azur ! »

« Effectivement, il faut que ce soit dit ! Vous en avez d’autres ? »

« Oui ! La plupart des gens se disent littéraires ou matheux. Je prétends, moi que c’est idiot. En réalité, cette distinction ne sert que de paravent aux écoliers qui n’ont jamais eu envie de faire des efforts pour résoudre leurs problèmes de maths. L’Histoire fourmille de grands scientifiques qui furent de grands philosophes aussi : Descartes, Pascal, Rostand… »

« D’accord, je me sens dérangé par cette observation… »

« Ce n’est rien. Je me dois de dénoncer les idées qui arrangent tout le monde. C’est mon job. Si mon métier n’existait pas, on en serait encore au Moyen-âge. On croirait encore que c’est Christophe Colomb qui a découvert l’Amérique, qu’il appelait les Indes orientales. Je répare donc quelques injustices au passage. »

« En effet, c’est une activité noble. »

« Mais je sais aussi vous gêner dans votre vie quotidienne. Je peux dire que vous ne changez jamais de brosse à dents, ce n’est pas très propre. Il suffit de me consulter pour être dérangé, ça vous tente ? J’ai une formule d’abonnement très intéressante. »

« Euh… je vais peut-être réfléchir. Mais pourriez-vous déstabiliser Morin, mon voisin de bureau qui lorgne le même poste que moi ? »

« Pourquoi pas ? C’est un peu plus cher car il ya des risques. J’attends votre chèque et je fais courir le bruit qu’il joue au Casino. D’ailleurs, je l’ai vu en sortir hier. Il comptait des billets de banque avec un air de contentement goulu, ce qui laisse bien mal augurer de ses véritables motivations. Ah ! L’argent, toujours l’argent ! »

« Ce serait bien embêtant pour lui. Il n’arrête pas de dire qu’il élève l’intérêt général au-dessus des intérêts individuels. »

« Je vois ce que c’est. Encore un donneur de leçons. C’est une autre corporation que la mienne. Nous travaillons parfois ensemble pour propager la Vérité que nous sommes les seuls à détenir, mais parfois en opposition lorsque lorsqu’il faut gêner des gêneurs … »