Archive pour le 20 février, 2013

Légers inflechissements

20 février, 2013

J’ai écrit que la tour de Pise penche et que c’est un fait indiscutable.

Je ne suis pas du genre à biaiser.

Je ne dévie pas de la réalité.

Depuis cet incident, Jules me jette des regards obliques

J’ai une inclination pour les livres qu’il écrit.

Mais il me reproche de les lire en diagonale.

Je n’ai pas fait de parallèle avec sa façon de parcourir les miens

Ni avec sa manière de s’incliner devant ceux des autres.

J’attends que la courbe du chômage s’infléchisse

Pour qu’il puisse se remettre dans le droit chemin.

Les leçons de l’Histoire

20 février, 2013

« Qui trop embrasse mal étreint. Vous ne pouvez pas faire plusieurs choses à la fois. Par exemple, bien vous occuper de votre famille et bien faire votre travail. Quand vous rentrez à huit heures du soir de votre boulot, vous n’avez pas le temps de vous pencher sur les devoirs des enfants. A moins de les réveiller à minuit pour pouvoir résoudre leurs problèmes de robinet. Inversement, il est très mal vu de partir de votre bureau à seize heures, sous le fallacieux prétexte que vous avez une réunion de parents d’élèves de votre fille. »

« Alors, on fait comment ? »

« Il y a bien la solution de se mettre en chômage. Mais vous vous culpabilisez vite. Vous êtes alors un mauvais parent qui sombre dans la déprime. Et vous êtes un mauvais citoyen puisque vous êtes aussi un assisté. Ou alors, vous pouvez ne pas avoir de famille. Comme ça, vous avez du temps pour travailler et vous êtes malheureux de huit du soir à huit heures du matin. Sans compter les week-ends. »

« Si je comprends bien, on est perdant dans tous les cas. »

« A peu près, oui. Il y a bien la solution de la retraite. Mais à trente cinq ans, c’est dur de l’obtenir. Vers soixante-dix ans, peut-être. Vos enfants seront partis. Vous n’aurez plus besoin de les réveiller pour apprendre leurs leçons. C’est au moins ça de gagner. »

« J’ai une idée : on pourrait inventer un système où je paierai quelqu’un pour travailler à ma place. Pendant ce temps, je me soucierai de ma famille. Ça créerait pas mal d’emplois, d’autant plus que la personne en question pourrait sous-traiter à son tour son emploi ! »

« C’est pas mal. On en revient à une espèce de système de charges qui pourraient être achetées et vendues. C’est un peu médiéval. Mais après tout pourquoi pas ? Ce n’est pas pire que le marché des créances financières qu’on se repasse entre traders sans se préoccuper de la position du débiteur. Il faudrait quand même trouver un financement pour initialiser le mouvement. Je vais demander à ma banque ce qu’elle en pense. »

«Mon idée vous permettrait de rester chez vous au milieu des vôtres, de donner quelques fêtes de temps en temps, ou de pratiquer la chasse à cour, si ça vous chante… »

« On revient au Moyen-âge, mais ce n’était pas si mal que ça. Surtout quand on était du coté des seigneurs. Quelles autres solutions voyez-vous ? »

« Il y aurait une possibilité bien encore pire : en revenir à la préhistoire. On se bat comme des bêtes pour survivre. Seuls les plus forts y parviennent et peuvent aller aux réunions de parents d’élèves quand ils veulent. Une remarque désobligeante du chef de service et hop ! ce dernier est livré aux animaux sauvages, surtout s’il est d’un physique un peu faiblard. »

« C’est un peu cromagnonesque. Mais  il y a un hic… »

« Ah oui, lequel ? »

« On n’a plus les dinosaures pour se débarrasser des plus faibles…. »