Encore des problèmes de communication!

« Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais la communication passe surtout par le regard. Par exemple, là, vous avez un regard interrogatif. Vous vous demandez pourquoi je vous dis ça. Si c’est du lard ou du cochon. »

« Peut-être, mais on peut aussi se parler . »

« Bin… oui et non. Quand vous me parlez, vous utilisez tout de suite la langue de bois. Ou alors, dans les bons jours, vous me dites ce que vous croyez que j’attends de vous. Enfin… dans la mesure où ça ne contrarie pas vos projets. Pour revenir à mon sujet, vous ne pourrez jamais me faire un regard de bois…  Le regard ne ment pas. »

« Ah bon ? »

« Par exemple, là, je sens à votre façon de m’observer que je commence à vous énerver avec mes raisonnements. Vous cherchez un échappatoire poli. »

« Pas du tout, c’est très intéressant. »

« Oh ! L’hypocrite ! Vos yeux viennent de virer à : qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour tomber sur lui ? Il va me mettre en retard ! »

« Ecoutez, on ne peut tout de même pas avoir une conversation sérieuse en fermant les yeux pour ne pas que l’un surinterprète le regard de l’autre. »

« Alors là, vous avez le regard d’un type qui pense que son interlocuteur est complètement fou et qu’il va falloir essayer de la ramener à la raison. Heureusement que vous êtes là ! »

« Bon, si vous voulez. Mais qu’est-ce que vous préconisez pour avoir un niveau de communication convenable entre nous. On ne se parle plus ? On ne fait que se regarder ? On pourrait peut-être entrer en relation par des grognements comme les animaux ou les hommes préhistoriques ».

« Holà ! Vous me lancer beaucoup d’ironie par vos yeux. Je pourrais me sentir cruellement blessé, faites un peu attention ! ».

« Attendez, je vous tourne le dos…. Comme ça… On peut s’exprimer maintenant ? Je ne vous agresse pas ? »

« Bin… un peu. Votre nuque me dit que je vous contrarie fortement. Vos épaules crispées me battent froid. Je ne me sens pas très à l’aise ».

« Parce que, selon vous, on parle aussi du dos. Nous voilà bien avancés. Et mes oreilles, qu’est-ce qu’elles vous disent ? »

« Bon, écoutez… Retournez-vous, j’ai du mal à communiquer avec votre postérieur. Le coté face n’est pas terrible, mais je peux encore m’en tirer en comparant ce que vous dites avec l’expression de vos yeux ».

 

Laisser un commentaire