Indignations

« N’oubliez pas de vilipender ».

« Qui voulez-vous que je vilipende ? ».

« Je n’en sais rien. Débrouillez-vous ! Vilipendez les joueurs de foot qui gagnent trop d’argent, les pauvres qui n’en ont pas et qui font rien pour en avoir, le gouvernement qui distribue celui des uns aux autres ! Enfin bref, il faudrait que vous en vouliez à tout le monde. Si vous pouviez dégoiser aussi sur les banquiers  et les plombiers, ça m’arrangerait. Vous voyez ce que je veux dire ! Il faudrait dire du mal de tous ceux qui ont un rapport particulier à l’argent ».

« Ça va servir à quoi ? »

« A pas grand-chose, mais ça permet de se défouler. Vous vous exprimez fortement  contre tous ces gens et vos interlocuteurs peuvent s’émouvoir d’autant plus tranquillement que les incriminés ne sont pas là. Il y en aura sûrement un qui va vous raconter qu’il a vu un reportage à la télé dans lequel un nabab du pétrole dépensait 1000 fois le Smic pour passer une nuit dans un hôtel de luxe ».

« C’est vrai que c’est un petit peu scandaleux ».

« C’est vrai, mais ça permet surtout de s’indigner facilement. C’est important de s’indigner. On a l’impression de faire partie des Justes et d’avoir raison contre la Terre entière. On est tous des David contre des Goliath. Par exemple, vous ! Ne me dites pas que vous n’avez pas envie de vous élever contre les injustices sociales ! ».

« Oh, vous savez, moi je fais mon job et je ne demande rien à personne… »

« Et voilà ! J’en étais sûr ; c’est l’individualisme qui reprend le dessus ! La faim, la misère, les guerres aux quatre coins du monde, ça ne vous indigne pas ? » .

« Si, un peu. Mais je ne peux pas partir sac au dos en Papousie pour régler leurs problèmes. J’ai déjà du mal avec mes factures EDF ! Alors, vous comprenez, j’ai des indignations de pauvre, moi ! ».

« Bon, d’accord. On va faire pauvre. Tous ces déchets ménagers qu’on jette n’importe où, à côté des poubelles, dans la rue, ça ne vous indigne pas ? ».

« Maintenant que vous le dites, si un peu aussi. A vrai dire, j’ai tellement l’habitude de me promener dans des rues sales que j’ai perdu de vue l’idée qu’elles pourraient être propres. Ça pourrait même me déstabiliser.»

« Hé oui, un jour, au train où vont les choses, les enfants de nos enfants s’indigneront de se promener dans un environnement propre. Il faut apprendre à s’indigner correctement. Vous auriez besoin de cours basique, du niveau 1 de l’indignation. Passons de la résignation à l’indignation. Je suis indigné de votre résignation ! »

Laisser un commentaire