Archive pour le 13 septembre, 2012

Se défendre dans la vie

13 septembre, 2012

« Nous avons tous des stratégies de défense pour nous opposer aux agressions sournoises de l’existence ».

« C’est intéressant ce que vous dites ».

«  Par exemple, moi, quand on m’insulte, je fais semblant de ne rien entendre ou de ne rien comprendre. C’est très énervant de répéter quelque chose de désagréable à quelqu’un. On finit par avoir l’impression que ce n’est pas assez désagréable ».

« C’est astucieux ! Moi je réponds toujours que ce que vient de me dire mon agresseur est particulièrement intéressant. Il s’attend à être agressé à son tour si bien qu’en lui disant qu’il m’intéresse, je le prends à contrepied ».

« Pas mal ! Je connais aussi une autre stratégie qui consiste à déplacer le débat. Par exemple, vous m’insultez en me disant : Casse-toi pauvre con ! Et moi, je vous réponds en vous demandant si vous avez lu le menu de la cantine ! Ça n’a aucun rapport. Donc ça le désarçonne ! »

« Pas mal non plus ! »

« C’est plus efficace que d’essayer de calmer son interlocuteur. Il suffit de lui dire : allons ! Allons ! Calmons-nous ! Pour qu’il s’énerve encore plus. Remarquez, si j’étais pervers – ce qui n’est pas mon cas- je pourrais dire qu’il suffit d’utiliser ce genre de remarque idiote pour pousser votre adversaire à bout.  Un agresseur qui perd ses nerfs n’agresse plus. C’est aussi une manière de s’en débarrasser ».

« C’est intéressant ce que vous dites. Euh !… Non, pardon. Enfin si ! C’est réellement intéressant. Vos défenses anti-aériennes sont très au point. Mais moi quand j’agresse je suis très fin. Je m’insinue sournoisement entre les lignes ennemies. J’émets des allusions à peine voilées, des sous-entendus peu discrets ».

« Le risque, c’est que vos allusions soient tellement voilées ou discretes que votre adversaire ne les comprennent pas, auquel cas ce n’est plus une agression puisque votre victime n’est pas atteinte. ».

« Certes mais en accompagnant mes paroles, d’un regard moqueur ou ironique, j’obtiens de très beaux résultats. Beaucoup de gens m’en veulent à mort. Je passe pour un ignoble individu, prompt à toutes les attaques injustifiées».

« C’est pas mal. Mais moi quand je n’ai plus d’arguments, je casse la figure ! »