Il est interdit de parler au chauffeur

Jules ne peut pas se renseigner : il est interdit au chauffeur du bus de parler aux gens qu’il transporte.

Comme il part en voyage, Jules a du défendre à ses voisins de faire du bruit la veille au soir pour respecter son sommeil.

Ginette, sa voisine, a baissé le son de sa télé et  n’a pas permis à son époux, Gus de suivre son match de foot avec ses copains qui auraient hurlé comme des fous.

Gus, légèrement agacé, a interdit de sortie son grand fils Albert qui, précisons-le (bien que cela n’ait pas d’intérêt) est en classe de seconde.

Albert a dit que ça l’arrangeait : il ne veut plus prêter son Smartphone à son copain John qui ne comprend rien. En outre, un peu énervé, il a déclaré à Henriette, sa sœur, que son fiancé ne lui plaisait pas et, qu’en conséquence, il n’était pas permis à ce dernier de lui adresser la parole.

Le fiancé, fort vexé de cette décision, en prit ombrage et barra l’accès de sa chambre à sa propre mère pendant huit jours.

La mère du fiancé de la sœur de Gus prit très mal cet affront. Très affectée, elle plaqua son amant qui a désormais l’interdiction de chercher à la voir.

Jean-Sébastien, l’amant en question, n’en a cure. De toute façon, il ne supportait plus cette relation. Désormais, il empêche son cousin Wolfgang d’esquisser la moindre plaisanterie à ce sujet.

Wolfgang est très proche de Jean-Sébastien, l’amant de la mère du fiancé de la sœur d’Albert. Wolfgang répond à son cousin qu’il le comprend très bien et qu’il le défendra contre les vilains mots d’esprit de son camarade de classe, Mauricio.

Mauricio est occupé à se disputer avec sa concierge Cunégonde qui lui reproche de ne pas trier ses déchets. Mauricio  s’énerve et il ordonne à Cunégonde de ne pas lui parler sur ce ton-là qu’il juge particulièrement arrogant.

Cunégonde, qui est une militante acharnée contre tout ce qui ressemble à un pouvoir, manifeste contre la dernière circulaire de Monsieur la Ministre des Transports qui interdit au personnel de ses services, donc à Jeannette, la nièce de Cunégonde, de dormir pendant les heures de service.

La nièce de Cunégonde ne dort jamais en travaillant et est d’un tempérament convivial, si bien qu’elle ne s’oppose à personne.

L’ironie de l’histoire, c’est que c’est précisément le même homme politique qui interdit à Cunégonde ce qu’elle ne fait pas, qui a aussi interdit au chauffeur qui transporte Jules dans son bus de parler à ses clients tout en conduisant. Quelle coïncidence !

Laisser un commentaire