Encore un débat philosophique

« Vous êtes conscient des conséquences de vos actes ? »

« Pas tout le temps. Il y a des moments où je m’en fiche un peu. Il ne faut pas toujours se poser des questions. Sinon, on ne vit plus.

« Et vous me dites ça, comme ça. Sans rougir. »

« Si Christophe Colomb avait été conscient des conséquences de ses agissements, croyez-vous qu’il se serait embarqué vers l’occident ? »

« J’en sais rien. Mais de toute façon, quelqu’un aurait découvert l’Amérique, tôt ou tard. Ou alors ce sont les américains qui nous auraient découverts. »

« L’idée est plaisante : nous aurions été les sauvages des peaux rouges et à l’heure actuelle nous vivrions tous sous des tepees au lieu de jouer avec nos Smartphones. Finalement quand on y pense, la destinée tient à peu de choses. »

« Ne détournez pas la conversation, je vous parlais de vos actes. Ayez conscience que vous vivez en collectivité ! »

« Oui, bien sur. Mais je crois que personne n’est vraiment conscient des conséquences de ses actes. Tenez ! Vous par exemple ! Avec vos manières de me faire la morale à tout bout de champ, savez-vous bien ce que vous faites. Je pourrais en prendre ombrage. Je me vexerais et puis nous aurions une longue période de brouille. Vous avez pensé à ça ? Hmmm ? »

« Non, mais ça ne me dérangerait pas tellement. Et puis peu importe les conséquences sur nos rapports, je me dois de vous rappeler à vos responsabilités. »

« Alors, si je comprends bien le fait que vous me fassiez de la peine vous est complètement indifférent. Bravo ! »

« Vous mélangez tout. Si je vous dis de faire attention à ce que vous faites, c’est parce que je vous aime bien. C’est pour vous, ce n’est pas pour moi. »

« Qu’est-ce que vous êtes généreux ! Mais vous êtes sûr de ne pas projeter vos valeurs personnelles sur ma modeste personne. La liberté individuelle, ça existe. Pourquoi serais-je obligé de vivre comme vous pensez devoir vivre. Vous ne croyez pas qu’il y a là un danger pour les libertés ? » »

« Peut-être, mais convenez que j’ai vécu. Je peux me permettre de conseiller les autres en vertu du poids de l’expérience. »

« Si Christophe Colomb avait écouté tous les expérimentés de son époque, croyez-vous que… »

« Bon, écoutez. On va peut-être laisser Christophe Colomb là où il est. Pour le moment, je vous demande simplement de bien vouloir mettre vos déchets recyclables dans la poubelle jaune mise gracieusement à votre disposition par la régie de l’immeuble. »

Laisser un commentaire