Archive pour le 26 avril, 2012

Nouveau dialogue philosophique

26 avril, 2012

« Et vous quel est le but de votre vie ? »

«Il faut déjà que j’atteigne dimanche prochain pour aller déjeuner chez belle-maman. Après on verra ! »

« Ce n’est pas un but ça. C’est un agenda. Je parlais d’une ambition beaucoup plus élevée que votre belle-mère. Par exemple, donner un avenir radieux à la planète pour que vos enfants vivent mieux que vous et qu’à leur tour ils améliorent les conditions de vie de leur progéniture. »

« Alors là, c’est mal barré.  Ils ne veulent pas se marier ni avoir de gamins. Ils disent que c’est beaucoup trop de soucis et qu’ils ont du mal à s’éduquer eux-mêmes. Alors vous pensez des enfants… »

« Bon alors…. Quelles sont leurs ambitions ? »

« Le grand veut aller au ski pour Noël  et ma fille veut aller au concert de Yan Justin ? »

« C’est faible, c’est très faible. Je ne vous demanderai pas qui est Yan Justin… »

« Vous faites bien parce que, de toute façon, je n’en sais rien. .. »

« Et vous alors. Si nous dépassions un peu les contingences du quotidien, qu’est-ce que vous avez à dire de votre vie ? »

« Pas grand-chose. D’ailleurs est-ce bien nécessaire d’en dire quelque chose. C’est comme la pluie ou le soleil, on existe : c’est une raison suffisante pour continuer. »

« Oui, mais enfin ce n’est guère stimulant. Certains vouent leur vie à la religion, à la gastronomie, au sport… Vous voyez ce que je veux dire… »

«Je ne suis pas très pieux, je m’ennuyais à mourir au catéchisme. En gastronomie, je ne dépasse pas le stade des pâtes à l’eau. Quant aux sports, j’oubliais toujours mes affaires les jours de gym au collège… alors vous voyez… »

« Je vois que ça ne nous avance pas beaucoup. Prenez exemple sur moi, je lis beaucoup et je réfléchis profondément. »

« Moi, je lis le journal, mais ça ne me fait pas beaucoup réfléchir. »

«Bon, prenons le problème autrement. Que croyez vous qu’il se passe après le décès d’une personne ? »

« On va manger. Après l’enterrement du cousin Victor le mois dernier, on a été au resto. On a bu à sa santé et puis on s’est tapé la cloche. »

« Ce n’est pas tout à fait ce que je voulais dire… »