Archive pour le 17 avril, 2012

Querelle de générations

17 avril, 2012

« J’apprécie votre caractère juvénile. »

« Vous me prenez pour un gamin ? »

« Un peu, oui. Vous ne me semblez pas avoir le sens des responsabilités ni la pondération qui serait convenable à votre âge. »

« Moi, j’ai de la fraîcheur et de l’inventivité. Ce n’est pas comme vous qui est engoncé dans vos habitudes et vos réflexions d’un autre âge. »

« Ah ? Je suis d’une autre époque ? Donnez-moi un exemple concret, qu’on voit un peu. Il ne suffit pas d’affirmer pour prouver. »

« Par exemple votre petit gilet gris et votre béret crasseux. » 

« Vous trouvez ça dépassé ? On voit bien que vous êtes du bord des irresponsables. Vous aggravez votre cas, mon vieux. »

« Mon pauvre ami, vous excitez les jeunes avec des tenues comme celles-ci ! »

« Vous voudriez peut-être que je mette une casquette à l’envers et un pantalon qui me tombe sur les chevilles ! J’aurais l’air fin.

« Arrêtez d’ironiser. Vous savez bien que les jeunes utilisent des codes vestimentaires pour se reconnaitre entre eux. C’était pareil à votre époque. Vous vous souvenez de vos blousons noirs ? Hein ? Et puis vous devriez arrêter de circuler en R5. »

« Qu’est-ce qu’elle a ma R5. Elle me véhicule depuis trente ans très confortablement. C’est pas comme les bagnoles d’aujourd’hui. On dirait qu’elles sont construites pour durer le moins longtemps possible. »

« Vous pourriez au moins essayer une petite Smart, ça ferait un peu moins ringard. Moi, je ne monte plus dans votre tas de tôle, ça m’a foutu la honte. »

« Foutu la honte. En voilà une façon de s’exprimer. C’est comme : c’est clair. Lorsque les jeunes ne comprennent plus rien, ils disent tous que c’est clair. »

« C’est un réflexe du langage. C’est comme lorsque que vous dites : Bien ! Juste avant de vous énervez. C’est contradictoire aussi. Vous ne pouvez pas dire que quelque chose vous satisfait alors qu’elle vous met en rogne… »

« Bien, je vois que vous avez réponse à tout. Vous êtes bien de leur âge. Vous ne respectez pas les anciens, même pas leurs contradictions. Souvenez-vous quand même que c’est grâce à notre travail que vous bénéficiez d’un excellent niveau de vie aujourd’hui. »

« Peut-être, mais enfin c’est grâce au nôtre que vous pouvez passer une retraite pépère.  Et puis, si les jeunes n’existaient pas, vous ne pourriez pas dire que c’était mieux de votre temps. »