Archive pour le 15 avril, 2012

Changements de directions

15 avril, 2012

« Je tiens ces renseignements d’une personne bien informée. »

« Vous êtes sûr ? »

« Oui, je ne suis pas du genre à prêter attention à des cancans. »

« Vous m’aviez pourtant dit que Morel, l’ancien directeur aimait le saucisson sec. »

« C’était une information qu’on m’avait donnée. Je n’y suis pour rien si vous vous êtes fait virer avec votre Jésus lyonnais à la main. »

« Et quand vous m’avez affirmé qu’il aimait les pâtes ? »

« Alors là, moi je n’ai rien dit de tel. Allez dire ça à Ducard. Lui, il croit toujours tout savoir. Il est toujours fourré à la direction. »

« Je lui en parlerai, mais je n’aurais jamais du inviter le patron et lui cuisiner des spaghettis bolognaises. A partir de là, ma carrière a connu un coup d’arrêt.  Décidemment, on ne peut compter sur personne pour assurer son avancement. »

« Vous devriez voir ça avec Josiane qui est la confidente du chauffeur. Je me suis laissé dire que le nouveau directeur adore les petits pains au chocolat. »

« Je ne vais tout de même pas me goinfrer de viennoiseries pour espérer lui faire plaisir ! Il faudrait nommer des gens qui ont une hygiène alimentaire digne de ce nom pour les postes à responsabilités ! Tout de même !»

« Vous avez raison. Mon cholestérol, je le dois à Schmitt. Je ne vous dis pas le nombre de choucroute que j’ai du ingurgiter pour me faire bien voir. Il ne mangeait que ça. » 

« Et vous vous souvenez de Marie-Germaine Bémol. Elle ne se nourrissait que de salades. J’avais faim toute la journée. J’étais obligé de prendre un cassoulet au petit déjeuner. »

« Vous ne connaissez pas le pire : il va falloir vous acheter un survêtement mon pauvre. Le nouveau est un adepte de course à pied. Ducard ne prend plus l’ascenseur. »

« Ça promet. Vous êtes sûr au moins qu’il ne pratique pas l’haltérophilie comme Dubertrand, vous vous souvenez ? »

« Je pense bien. J’ai mis deux ans à m’en remettre. En plus, il adorait les trekkings au Népal et les courses de traineau en Alaska.  J’espère qu’avec le nouveau, je pourrai enfin passer le mois d’août à Palavas-les-Flots avec Mauricette ! »

« C’est pas sûr. Il parait qu’il prend ses vacances en novembre à Roscoff. Il semble d’après Ducard que les brumes de l’automne et le crachin breton sont propices à sa réflexion stratégique »

« Ça va être gai ! »

 

En avant, en arrière

15 avril, 2012

Jeanne et Jean vivaient dans l’arrière-pays.

Ils avaient des goûts avant-gardistes.

Jean voulait écrire un livre dans son arrière-cour.

Mais il n’avait rédigé que l’avant-propos.

Jeanne ressemblait à son arrière-grand-mère.

Qui est décédée avant-guerre.

Jean et Jeanne avaient une arrière-pensée.

Ils voulaient leur magasin : ils viennent de signer un avant-contrat.

Bientôt ils vont attendre leurs clients dans leur arrière-boutique.