Salut les jeunes!

« Tout le monde apprécie mon caractère juvénile ? »

« Vous êtes sûr ? Vous vous rendez compte que ce n’est pas très flatteur ? Et puis ce n’est pas très normal non plus. »

« Ah bon ? » 

« Bin…oui, vous passez pour un gamin immature dans de nombreux cercles.  On s’interroge même sur votre santé mentale »

« Pourtant, à mon âge c’est une performance de penser et d’agir comme un jeune. N’aurais-je pas inventé la jeunesse éternelle ? »

« Non, pas vraiment. Il faut vous comporter comme un adulte. Etre sérieux, avoir des soucis, avoir l’air fatigué, se poser des questions sur la vie…Vous me comprenez ? Vous, ça ne va pas, vous avez toujours l’air rigolard. Vous n’auriez pas un petit ennui de fric, par hasard ? »

« J’essaie… je claque mon argent au loto, mais je gagne à tous les coups… »

« C’est curieux, en effet. Bon, alors essayez d’avoir l’air sérieux que je vois un peu ce que ça donne ! »

« Comme ça ? »

« Non, ça c’est l’air idiot. C’était mieux avant. Bon, arrêtez de faire des jeux de mots ou des plaisanteries de potaches. Au moins, ça ! »

« Pourtant, ça fait rire tout le monde… »

« C’est bien ça le problème. Vous devriez prendre des cours pour être complètement nul ; comme ça vos blagues ne feront rire personne et vous vous arrêteriez de vous-même. »

« Ça devient compliqué. »

« Oui. Et puis essayez de ne plus parler comme un jeune. A soixante dix ans, c’est pitoyable. Si vous pouviez bégayer un peu… ou alors utiliser des tournures très anciennes, complètement passées de mode que personne ne comprendrait ! »

« Par exemple ? »

« Vous pourriez dire : je m’esbaudis, au lieu de dire : tu me fais marrer, à tout bout de champ. C’est beaucoup plus classe et puis ça fait vieux. De votre âge, quoi. A propos, arrêtez aussi les tee-shirts américains. Vous devez enfiler une vieille chemise, un peu élimée avec un gilet de laine, gris si possible. Habillez-vous sans fantaisie, enfin ! Soyez un peu sérieux ! »

« Je préférais quand je me faisais rire… enfin esbaudir… »

« Et cette façon de marcher en se dandinant gaiement… ça va durer jusqu’à quatre-vingt dix ans ?… Il faudrait vous trainer.  Ayez un peu d’imagination : marchez avec une canne. Il faut comprendre les jeunes : lorsqu’il voit un retraité se conduire comme eux, il ne faut pas s’étonner qu’ils perdent leurs repères sociaux. »

 

 

 

Laisser un commentaire