Catégories

« Il a toujours été très démonstratif, c’est peut-être à cause de ses origines méridionales. Ces gens du midi sont toujours très expansifs. C’est comme les anglais : ils sont très flegmatiques les anglais, c’est bien connu.  Les chinois avec leur air mystérieux… sont décidemment très mystérieux. Quant aux suédoises, elles sont en général bien balancées.

« Vous n’en avez pas fini avec tous ces lieux communs ? Il y a sûrement des anglais exubérants, par exemple les supporters d’un match de rugby. Ou alors des suédoises très moches, comme ma belle-sœur. »

« Si on ne peut plus mettre les gens dans des catégories toutes faites, ça va devenir très compliqué !! »…

« Et vous si je vous mettais dans une catégorie, ne vous sentiriez-vous contrarié dans l’expression de vos particularismes ou de votre individualité? Vous voudriez être réduit à la taille d’une étiquette ? Hein ? »

« Ah, bin non ! Moi, ce n’est pas pareil. J’ai une personnalité beaucoup plus riche.  Je suis le produit de la diversité. Il ne faut pas me réduire. »

« Bon… alors mettez-vous à la place d’un méridional qui ne serait pas exubérant. Il est très mal à l’aise. Vous le culpabilisez avec vos préjugés. Quant à la suédoise moche, qui se trouve déjà très frustrée, vous finissez de lui démolir le moral en parlant toujours de belles blondes suédoises ! Vous comprenez ? »

« Bon d’accord. Et si je dis que les renards sont rusés et les ours mal léchés, c’est bon ? »

« J’en sais rien, il faut voir avec les zoologistes. Il ya peut-être des renards idiots et des ours très conviviaux qui pourraient prendre vos remarques très mal. Si votre concierge vous catalogue dans la catégorie des locataires désagréables, vous êtes mal barré ! »

« Mais j’ai de très bons rapports avec Madame Lumignon. Je n’en dirais pas autant de ceux qui ne prennent même pas le temps de lui dire bonjour. »

« Vous voyez, vous continuez à catégoriser ! Selon vous, Dans tous les immeubles, il y aurait le clan des êtres sympas qui disent bonjour et ceux qui ne sont pas gentils du seul fait qu’ils oublient de dire bonjour. C’est grave. Nous frisons  la discrimination. »

« Bon, alors si je résume, il ne faut pas faire de catégories et quand on les fait, ne pas les caractériser d’un adjectif  réducteur… »

« On progresse, on progresse. »

« Donc, selon vous, il n’y a pas une catégorie de casse-pieds qui empêchent de faire des catégories… »

Laisser un commentaire