Archive pour janvier, 2012

Monologue dialogué

1 janvier, 2012

« Comment voulez-vous que je m’épanouisse si vous me regardez comme ça ? Vos yeux manquent d’aménité et d’humanité à mon égard. Je me sens tout juste toléré dans votre environnement. Je ne peux pas exprimer ma personnalité véritable. Soyez plus accueillant ! » 

« … »

« Je ne sais pas moi ! Dites-moi par exemple que je vous dis des choses intéressantes ! C’est comme ça qu’on fait d’habitude. Je suis quelqu’un qui a besoin d’être très entouré, vous savez ! Bon, en attendant que vous vous décidiez, je vais me renfermer dans ma coquille, comme ça je ne vous gênerai pas. Vous voyez ! Je sais me tenir à ma place, moi ! Si on ne veut pas de moi : hop ! Je disparais ! Finalement, je suis humble et agréable. »

« … »

« Comment ça, je ne parle que de moi ! Oui, peut-être, mais je ne connais pas grand-chose d’autre. Et puis, ne vous impatientez pas : on a assez vite fait le tour de ma coquille. L’existence est un défi permanent, mais moi je n’ai pas spécialement envie de prendre des risques inutiles. Quand je vois tous les abimés de la vie qui se promènent dans la rue en essayant de prendre des airs décontractés, il faut comprendre que je ne sois pas tenté d’en faire partie ! »

« … »

« Bon ! Je vois que ce que je vous dis commence à vous intéresser. Ça vous semble un peu curieux comme discours mais ça vous intéresse. Je vais donc risquer un pied en dehors de ma coquille et essayer de converser avec vous. J’espère que vous appréciez mon geste parce que je ne le ferais pas pour n’importe qui. »

« … »

« A propos, vous n’avez pas de coquille, pour vous recroqueviller, vous ?  Vous êtes un SCF, alors. Un Sans Coquille Fixe. Ah ! Oui ! C’est vrai, vous êtes un aventurier, un type qui n’a pas froid aux yeux ! Un type qui aime prendre des risques ! C’est contagieux ? Parce que moi, hein, j’ai déjà chopé la rougeole l’hiver dernier, alors merci bien ! »

« … »

« Et puis, si vous pouviez éviter de postillonner quand vous parlez… »

1234