Archive pour le 15 janvier, 2012

Promesses

15 janvier, 2012

« La partie n’est pas jouée. Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. D’autant plus que l’ours court plus vite qu’on ne le croit. Moi, j’attends toujours d’avoir fait quelque chose avant de dire que je vais le faire ! »

« Ce n’est pas très ambitieux ! »

« Peut-être, mais ça m’évite de passer pour un hâbleur comme vous. Vous deviez aller faire un trekking au Népal et ça s’est terminé par des vacances à Saint-Raphaël. Comme chaque année. »

« J’ai oublié de me faire vacciner pour pouvoir partir dans ces contrées lointaines ! »

« Et puis, vous deviez casser la figure à Duchemin, s’il touchait à vos dossiers pendant vos congés ? Et alors ? Il a touché, Duchemin ! »

« Ah bon ? Il faut que nous en débattions. Je vais organiser plutôt un dialogue constructif sur la répartition du travail pendant les absences des uns et des autres. »

« Bon, moi je n’ai pas l’intention de casser la figure à qui que ce soit. Si Duchemin veut mes dossiers, je les lui refile sans problème ! Moi, je suis un homme modeste. Pas du genre à fanfaronner. Si vous voyez ce que je veux dire ! Je tiens mes promesses. Donc je n’en fais pas beaucoup. Par exemple, je n’irai pas vous promettre de vous inviter à dîner, sachant que je n’en ai aucune envie. Vous, par contre, vous m’aviez promis une invitation et je n’ai rien vu venir. C’est pour quand ? »

« Là, ma cuisine est en travaux, mais dès que c’est terminé, on fête ça ! Promis-juré ! »

« Et pour ce qui est de la visite de votre cave, vous aviez promis aussi ? »

« J’avais dit ça, moi ? Il doit y avoir un malentendu, je suis de plain-pied, je ne peux pas avoir une cave ! »

« Donc, j’aurais mal compris sans nul doute. Ce n’est pas comme la fois où vous m’aviez promis de me faire goûter les fraises du jardin de votre grand-mère ! »

« Oui, mais maintenant elle a changé. Elle cultive le cardon ! »

« J’ai horreur du cardon ! »

« Ah ! Vous voyez ! Finalement, je vous rends service ! »

Histoire de territoires

15 janvier, 2012

Dans tous les pays,

Et dans tous les domaines,

Chacun croit détenir une parcelle de vérité.

Il s’en suit que tout le monde défend son pré carré.

Et qu’on ne pourra bientôt plus trouver de terrain d’entente.

On cherche d’abord à clouer son interlocuteur au sol.

Même dans les jardins d’enfants.

Ce qui fait que le monde sera bientôt un champ de ruines.

Restons les pieds sur terre !