Prise de tête

Quand Jean arriva avec le bec enfariné.

Il constata que Mehdi avait sa tête des mauvais jours.

Souleymane souffrait de la gueule de bois.

Rachid, lui, montrait une mine de papier mâché.

Seul  Louis qui était le chef de la bande

Avait le visage impassible.

Il est vrai qu’il ne risquait pas, lui un délit de faciès

Dans un face à face avec la police.

Laisser un commentaire