Préoccupations

« Je vous la fais courte : il fut réinventer le plaisir ! » 

« Ah ! Bin là, vous avez raison ! » 

« On se fait trop de soucis pour pas grand-chose. Par exemple la forme de Zidane ! On s’en fout, il ne joue plus ! » 

« Ah bon ? » 

« Ou alors la semaine de 4 ou 5 jours pour les gamins ! » 

« De toute façon, le mien est toujours fatigué. » 

« Ou bien encore les soldes. Est-ce que c’est aussi important que ça, les soldes ? » 

« Vous avez raison. Moi quand je vais aux soldes, je repars toujours avec des choses qui ne sont pas soldées ! » 

« Vous n’auriez pas d’autres soucis, mais en plus sérieux ? » 

« Si, par exemple, j’hésite pour mes vacances entre une petite location au Lavandou et l’hôtel de la plage au Grau-du-Roi. » 

« C’est  tout ? » 

« Et vous qui êtes si malin, j’aimerais bien savoir quelles sont vos préoccupations ? » 

« Moi, je réfléchis à la fragilité de la condition humaine. Surtout si on ne sait pas réinventer le plaisir ! Qu’est ce qu’on va devenir ? Vous vous rendez compte nous ne sommes qu’un petit point dans l’espace et dans le temps ! » 

« Ce n’est pas avec ça que je vais réserver mes vacances, mais enfin si ça vous fait plaisir je veux bien être un point. Une fois qu’on a dit ça, qu’est-ce qu’on fait ? Je vous le demande un peu, hein ? Soyons concret ! » 

« Hé bien, mon cher, on commence par être modeste. Vous comprenez bien que l’infinité de l’univers se fiche complètement de l’endroit où vous allez tremper vos orteils ! » 

« Oui, mais Hélène et les enfants, pas tellement ! Bon, allez ! Va pour l’infinité de l’univers… je vous l’accorde, c’est impressionnant ! Mais vous pourriez avoir les soucis de tout le monde ! Ch’sais pas moi ! Votre directeur vous casse sûrement  les pieds et vous vous demandez chaque matin s’il ne va  pas bientôt partir ! Par exemple ! » 

« Bin.. non, le problème c’est que personne n’en veut ! » 

« Ah ! Vous voyez, ça c’est une question ! C’est autre chose que de réfléchir à la raison de notre présence sur Terre !  Vous devriez vous détendre, mon vieux ! Partez en vacances ! » 

« Oui, mais alors où ? Vous ne pourriez pas me prêter vos catalogues pour que je m’y retrouve un peu ? » 

Laisser un commentaire