Archive pour le 22 septembre, 2011

Des vendanges interrompues

22 septembre, 2011

Le minibus de l’oncle Iqbal avait remonté une fois de plus la vallée du Rhône en s’arrêtant tous les cinquante kilomètres sur une aire d’autoroute. D’abord parce que, selon l’oncle, le moteur chauffait rapidement et ensuite parce que la tante Hannah avait le mal de mer. 

Il est vrai qu’à neuf dans cet atmosphère confinée, nous n’étions pas particulièrement à l’aise et que les cent cinq kilos de la tante peinaient à trouver leur place. J’ai dit à l’oncle Iqbal que son véhicule ne nous transporterait pas une année de plus. Je n’aurais pas du. Pour lui, tout allait bien. En m’écoutant, il a gratté sa panse ventrue à travers son maillot de corps maculé, il a reniflé rudement, il a lissé sa moustache humide, puis il a fait le tour de son minibus. L’examen terminé, il a déclaré qu’il ne voyait aucun problème, l’engin était comme neuf malgré ses deux cent cinquante mille kilomètres. 

Bref, j’étais arrivé là avec l’oncle, la tante et une ribambelle de cousins dont j’oubliais le nom lorsque l’été revenait. Il me semblait reconnaitre Mouslim qui s’appelait peut-être Raouf les années précédentes. Mais à quinze ans, les corps changent vite et l’oncle n’avait jamais été très fixé sur les prénoms de ses gamins, ni très attentif à ne pas mélanger les papiers d’état-civil. A vrai dire, il entretenait de nombreuses relations dans les milieux « d’affaires » au pays ce qui nécessitait d’après lui de manipuler un grand nombre de cartes d’identité ou de passeports. 

Toujours selon l’oncle Iqbal, il fallait que nous les jeunes, nous apprenions à gagner honnêtement notre vie d’une part, et que nous nous familiarisons avec les voyages d’autre part. Ce qu’il nommait « les affaires » étaient réservées aux grandes personnes.

(suite…)