Archive pour le 13 septembre, 2011

Le souper

13 septembre, 2011

Les vastes couloirs et salons du château d’Harcourt sont plongés dans la pénombre. La nuit est précoce dans ces premiers jours d’octobre, mais le maître des lieux a interdit qu’on illumine des endroits où il ne vit pas. Dans le salon qui fut d’apparat, la modeste flambée de la cheminée jette une lueur sur deux ombres, attablées face à face. En ce second dimanche du mois, le comte d’Haucourt, le quinzième du nom a jugé bon de recevoir l’abbé Méry pou tromper son ennui. 

Pour l’occasion, il a revêtu son habit satiné bleu, finement ourlée de broderies, le seul vêtement de cérémonie qu’il s’autorise depuis qu’il fut présenté à la cour, voilà vingt-cinq ans déjà. Son visage s’est épaissi de rides et de replis divers dans lesquels se perd un regard perçant, un bec crochu, une mâchoire édentée. 

A l’invitation du Comte, le prêtre s’est précipité d’un air affairé. Son allure courbée et servile s’est profondément inclinée devant la plus grosse fortune de sa paroisse. L’abbé Méry sourit. Enfin, plus exactement, son visage est figé de telle sorte qu’on croit qu’il sourit tout le temps. Et comme ses yeux bleus n’expriment aucune émotion particulière, ses interlocuteurs ont continuellement l’impression que l’abbé Méry est content de tout ce qu’il entend. 

Depuis quelques temps, le Comte s’inquiète fortement de son salut. Dieu saura-t-il reconnaître les bienfaits de sa vie terrestre ? Ne s’attardera-t-il pas sur quelques écarts que le Comte n’a pas su dompter en temps voulu ?

(suite…)